2 ème épisode saison 2017 : course nature Ancenis entre Loire et coteaux (11 km)

Agréable course nature Ancenis entre Loire et coteaux
couronnée d’un joli top 20

ancenis entre loire et coteauxAvec Aurélien et Nicolas sur la ligne de départ (© Nicolas)

Cinq semaines après les foulées de l’éléphant, j’ai agrafé mon second dossard de la saison à l’occasion de la course nature Ancenis entre Loire et coteaux (11 km) qui se déroule chaque année début juin. C’était la troisième fois que je courais cette épreuve après des participations en 2009 et 2012. Une course qui me convient bien et que j’apprécie de part ses paysages, ses panoramas sur la Loire et son cadre naturel.
C’est sans grand objectif de classement général que je me suis rendu à Ancenis avec mes complices Aurélien, de retour en France après neuf mois en Nouvelle Zélande, et Nicolas, très motivé pour sa seconde course. Malgré tout, je visais la première place au sein de notre trio. Alors, ai-je confirmé mon statut de favori ? 

Trois premiers kilomètres roulants courus sur un bon rythme

Comme les années précédentes, c’est depuis le boulevard Joubert que fut donné le départ de la course. D’élégantes et toniques cheerleaders ainsi que de la musique électronique motivaient les athlètes impatients d’en découdre. Petit mot à propos des conditions météorologiques qui étaient presque parfaites en ce dimanche matin : du soleil et une température de 18°C.

Bien placé, je pris un départ assez rapide qui me mit d’entrée de jeu dans la course. Après quelques hectomètres, je me trouvais autour de la 20/25 ème place. Aurélien puis Nicolas suivaient à quelques longueurs.  En longeant la Loire, j’atteignis le 1er kilomètre après 3’49. Un début prometteur ! 

Par la suite, le parcours s’enfonça sur l’île Mouchet via des chemins caillouteux mais assez rectilignes. Je continuais de dérouler à une allure correcte au sein d’un groupe de quatre coureurs. Sur cette portion roulante, quelques athlètes nous dépassèrent tandis que d’autres coureurs partis un peu vite commençaient à lever le pied. Au fil des kilomètres et notamment lorsque le profil topographique allait se corser, j’avais bien l’intention de les avaler et d’entamer ma remontée au classement. 

Quatre kilomètres de montagnes russes autour
du site préhistorique des Pierre Meslières 

Après environ 3,5 kilomètres de course, les difficultés débutèrent avec plusieurs côtes et talus à escalader dans les vignes. Je mis à profit mes qualités de grimpeur pour grappiller quelques places. Quelques minutes plus tard, j’apercevais le site préhistorique des Pierres Meslières entre les rangs de vignes. Une nouvelle ascension puis j’atteignis ce site emblématique d’où le panorama sur la Loire est somptueux.  Au loin, j’entrevis également le bourg de Champtoceaux, où je travaille.

Comme à mon habitude sur les courses courtes, je sautai le ravitaillement ce qui me permis de dépasser d’autres concurrents. Il s’en suivit une portion moins escarpée mais assez tortueuse dans les bois. Sur ce tronçon, je menais l’allure juste devant une coureur de Segré.
Pour revenir sur le site des Pierres Meslières, un nouvel enchaînement de côtes fut proposé aux participants. Ce passage très exigeant mit à contribution mes jambes et mon mental. Même si j’avais perdu en explosivité par rapport à la saison précédente, mon rythme était honorable. Ainsi, je repris une grappe de coureurs au milieu des vignes de Jean-Claude Toublanc, vigneron au domaine des Pierres Meslières.

Un bon final avec d’excellentes ressources en dépit d’un faible entrainement

A deux kilomètres du but, je pris l’inspiration d’un coureur qui semblait encore frais. A bloc, je déroulais pour tenir la cadence imposée par ce jeune coureur. Puis sans que je sache pourquoi (faisait-il du fractionné ?), ce dernier s’arrêta brusquement sur le bord du chemin. Je poursuivis sur un rythme soutenu mais trois autres coureurs me reprirent. 

A 400 mètres de l’arrivée, le jeune coureur qui s’était arrêté quelques hectomètres auparavant nous dépassa de nouveau. Au sprint, je fis l’effort de prendre sa foulée et de le suivre jusqu’au bout. Au final, je franchis la ligne d’arrivée derrière lui mais devant les autres coureurs qui m’accompagnaient dans un chrono de 44’55 à la 16 ème place. Quant à mes camarades, ils avaient bien géré. Aurélien se classa 42 ème en 49’06 et Nicolas termina 102 ème en 57’23. Bravo à eux deux ! 

loire et coteaux ancenis

Nicolas termina la course au sprint (© ACPA) 

Classement

1 GREAU David 38’02
2 BOURGEAIS Fréderic 38’58
3 MARSOLLIER Laurent 39’11

16 CHAPALAIN Valentin 44’55
42 BREGEON Aurélien 49’06
102 BRANGEON Nicolas 57’23

224 coureurs classés

En conclusion, ce fut une agréable matinée sportive du côté d’Ancenis avec Aurélien et Nicolas.
Le parcours, toujours aussi plaisant, alterne portions roulantes sur l’île Mouchet, passage escarpé dans les vignes et tronçon tortueux dans les bois.
Enfin, en dépit d’un entrainement assez modeste, j’étais parvenu à signer un bon classement général et à confirmer mon statut de favori au sein du trio ! Mission accomplie 🙂 

course nature ancenis loire et coteauxLe trio quelques minutes après l’arrivée (© Nicolas)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *