Sardaigne : mes 5 coups de cœur

archipel de Maddalena à véloA vélo sur l’île de Caprera (© courir-lemonde.com)

Durant le mois de mars 2017, j’ai parcouru à vélo près de 800 kilomètres en Sardaigne. Profitant de conditions météorologiques idéales et d’une activité touristique relativement faible, j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir cette île italienne durant 18 jours.
Peuplée par 1,6 millions d’habitants dont un quart dans l’agglomération de sa capitale Cagliari, la Sardaigne n’en demeure pas moins une île très sauvage avec de vastes espaces naturels. Charmé par ses typiques villages colorés, ses douces montagnes, son littoral parfois paradisiaque et l’hospitalité de ses habitants, je vous propose mes 5 coups de cœur sardes ci-dessous.  Par ailleurs, pour retrouver mes carnets de voyages en Sardaigne, cliquez sur ce lien.

1) Bosa et ses alentours aux airs de Toscane

Si la Sardaigne regorge de jolies villes, j’ai particulièrement adoré Bosa, attachante localité d’environ 8 000 âmes. Colorée, accueillante et animée, Bosa puise une grande partie de son charme dans la palette multicolore qui pare ses habitations. Sa configuration de ville étagée et sa situation géographique sont également des atouts de poids. Flâner et se perdre dans ses sinueuses et tortueuses ruelles pavées est un véritable délice.

J’ai également beaucoup apprécié les alentours de Bosa et notamment la vallée tapissée de vignes et d’oliviers où se trouve le coquet village de Modolo. Un pur régal d’y circuler à vélo.

Bosa et ses maisons coloréesLa colorée ville de Bosa surplombée par son château (© courir-lemonde.com)

Bosa ruelles colorées Se balader dans les tortueuses ruelles de la ville est un pur régal (© courir-lemonde.com)

A quelques kilomètres de Bosa, les paysages parés de vignes et d’oliviers sont superbes (© courir-lemonde.com)

2) Capo Caccia et le Parc Régional de Porto Conte

Situé dans la partie Nord-Ouest de la Sardaigne, le Parc Régional de Porto Conte m’a agréablement surpris par la beauté de ses paysages. Bien sûr, le fier et massif capo Caccia est incontournable mais ce n’est pas tout car de splendides calas ornent son littoral échancré. J’ai particulièrement aimé la fin de journée et la nuit passée du côté de la belle cala Porticciolo, lieu de mon premier bivouac sauvage en Sardaigne.

Le capo Caccia (© courir-lemonde.com)

cala porticioloLa cala Porticciolo, une très belle surprise sur la route de capo Caccia 
(© courir-lemonde.com)

Coucher de soleil depuis la cala Porticciolo (© courir-lemonde.com)

3) L’île de Caprera

Située sur l’archipel de La Maddalena dans le Nord-Est de la Sardaigne, l’île de Caprera est un véritable joyau. Cerclée d’eaux cristallines où baignent des dauphins, parsemée de petites plages et habillée de forêts de pin et de crêtes granitiques, la sauvage île de Caprera est un petit coin de paradis. J’ai adoré parcourir ce bel écrin de nature à vélo et que dire de ma nuit en tente sur les hauteurs de l’île 🙂

Un conseil : lorsque vous allez sur l’archipel de La Maddalena, ne vous contentez pas de la seule île de La Maddalena, empruntez le pont qui mène vers la nature préservée de Caprera.

isola CapreraDécor paradisiaque sur l’île de Caprera (© courir-lemonde.com)

isola CapreraDepuis les hauteurs de l’île, de somptueux panoramas s’offrent aux visiteurs 
(© courir-lemonde.com)

Isola CapreraCrêtes granitiques sur l’île de Caprera (© courir-lemonde.com)

4) La région montagneuse de l’Ogliastra et le village de Ulassai

Trois fois plus grande la Corse, la Sardaigne est en revanche moins montagneuse que l’île de Beauté. Cependant, dans sa partie orientale (provinces de l’Ogliastra et du Nuoro) des sommets culminent à plus de 1 000 mètres d’altitude.
Malgré les pentes parfois sévères à escalader à vélo, j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir cette région escarpée, peu peuplée et authentique. Galvanisé par les paysages sauvages, j’ai aussi adoré les traversée de villages où les salutations et les signes d’encouragements des locaux motivaient mon errance dans les montagnes sardes.

Paysages de moyennes montagnes dans la vallée du Pardu près d’Ulassai
(© courir-lemonde.com)

Ulassai Sardaigne Le coloré village d’Ulassai dans les montagnes de l’Ogliastra (© courir-lemonde.com)

Montagnes de Sardaigne (© courir-lemonde.com) 

5) Stintino et ses somptueuses plages

A peine descendu du ferry amarré dans le port de Porto Torres, j’avais pris la direction de Stintino, situé à une trentaine de kilomètres de là. Sous un soleil étincelant, j’avais découvert le joli village de Stintino et de majestueuses plages parfois baignées d’une eau translucide.

Ma première rencontre marquante en Sardaigne fut celle de Giancarlo près de Stintino. A la recherche d’un lieu où dormir, il avait accepté que je plante ma tente dans son jardin. Par la suite, il m’avait invité à manger un savoureux plat de pâtes. Incontestablement, Giancarlo avait lancé mon aventure de la meilleure des manières. Notez que la plupart des Sardes rencontrés en route furent d’une profonde gentillesse.

plage de la Pelosa, StintinoLa très belle plage de la Pelosa, quelques kilomètres au Nord de Stintino
(© courir-lemonde.com) 

StintinoLe port de Stintino (© courir-lemonde.com) 

Stintino Pazzona Giancarlo qui m’a accueilli chez lui avec beaucoup de générosité et de sympathie
(© courir-lemonde.com) 

Alors la Sardaigne ça vous tente ? 🙂

Et pour ceux qui connaissent, quels sont vos coups de cœur en Sardaigne ?

Une réflexion au sujet de « Sardaigne : mes 5 coups de cœur »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *