3 ème épisode saison 2014 : le triathlon sprint de la fête du triathlon de Nantes (750 / 20 / 5)

Pas à la fête sur la distance sprint de la fête du traithlon

Dimanche 28/09, j’ai pris part en compagnie d’Aurélien à la 10 ème édition de la fête du triathlon de Nantes. C’était en quelque sorte un retour aux sources puisque nous y avions déjà participé ensemble en 2007, 2008 et 2009. Cinq ans plus tard, je revenais donc sur cette épreuve qui proposait pour la première fois une distance sprint (750 mètres de natation / 20 kilomètres de vélo / 5 kilomètres de course à pied) pour son 10 ème anniversaire. De fait, nous avons sauté sur l’occasion pour nous engager sur ce format de course. Dans la continuité des Sentiers de Goulaine (6 km), où j’avais pris la 5 ème place, j’ambitionnais de faire un bon résultat même si je craignais affreusement la partie natation ( aucun véritable entrainement depuis 4 ou 5 mois) et que j’avais quelques doutes sur ma forme cycliste. La bataille avec Aurélien s’annonçait âpre et difficile car contrairement à moi il jongle de manière plutôt habille entre les trois disciplines ces derniers temps.

IMGP6846

Aurélien et moi-même dans le parc à vélo quelques minutes avant le départ (photo Elisa)

Avant course 

C’est vers 13h45 que j’ai retrouvé comme convenu mon acolyte Aurélien près de la piscine Léo Lagrange où se tenait le site de départ et d’arrivée de l’organisation. Le ciel était dégagé et il faisait chaud. L’après-midi s’annonçait belle. Puis ce fut au tour d’Elisa de nous rejoindre sur les coups de 14h00.

Une fois changé, nous avons pénétré dans le parc à vélo avec l’accord des juges arbitres. Installation du vélo, préparation des provisions, organisation du matériel : rien n’était laissé au hasard ! Petite déception concernant le très faible nombre de participants sur l’épreuve sprint puisque l’on annonçait seulement une petite trentaine de concurrents. A noté qu’il y avait aussi un sprint en relais et en équipe.

Ensuite, pas mal de retard fut accumulé par rapport à l’horaire initial. Cela m’embêtait un peu surtout vis à vis d’Elisa qui avait eu le mérite de venir nous encourager malgré son travail pour la fac et son gros rhume. J’essayais de rester zen mais assurément je pense y avoir laissé un peu d’influx. Malgré tout le départ de la natation allait être donné à 15h45 (au lieu de 15h00). 

IMGP6844

Le parc à vélo de ce triathlon sprint. On y retrouve les vélos de l’ensemble des coureurs (individuel, équipe, relais) (photo Elisa)

Natation : 750 mètres en environ 17’30 

Un chrono plus qu’honorable pour moi mais très très loin des meilleurs 

IMGP6868

On m’aperçoit dans le second couloir à la brasse (photo Elisa) 

La partie natation se déroulait comme de coutume dans la piscine Léo Lagrange de Nantes. Au menu, il y avait 750 mètres à parcourir soit 15 longueurs au total. Nous étions répartis en 6 couloirs ce qui faisait environ 5 nageurs par ligne d’eau. Avant de débuter la partie aquatique, j’étais déjà très inquiet quand à mon résultat quant j’entendis mes camarades de couloirs annoncer leur prévision chronométrique à propos de la natation “je vise 13 minutes” “j’ai fait un test en 12 minutes”. Bref, moi qui visait un chrono compris entre 17 et 20 minutes, je savais que j’allais prendre une sacrée raclée dans le bassin. Aurélien était également à mes côtés. Bien sur, je le savais plus fort que moi dans l’eau mais malgré tout, j’espérais limiter les dégâts sur lui.

Je pris un départ très rapide, essayant de limiter les écarts sur mes concurrents. Mais en dépit de mes efforts sur les 100 premiers mètres, j’étais déjà dernier de mon couloir. Aurélien se trouvait lui en 4 ème position. La plupart du temps, j’ai adopté une nage en brasse coulée car ne possédant pas les bases du crawl, c’est pour moi le meilleur moyen d’avancer. Mais le niveau était quand même assez relevé et je fus vraiment largué alors que pourtant je ne chômais pas. J’achevai ces 750 mètres de calvaire aquatique en 17’30. Un chrono pourtant relativement bon pour moi mais très insuffisant pour rivaliser avec les autres concurrents. Je mesurais ainsi le vide qui me sépare des bons nageurs. Heureusement Elisa était là et donnait de la voix pour m’encourager. Un petit garçon qui était à côté d’elle m’encourageait également ” Aller Valouuuu “.

Un peu de plus de 20 kilomètres en 40’00

Faute d’un entrainement suffisant : une partie cyclisme sans éclat 

IMGP6882

En grande forme, Aurélien a fait plus que limiter les dégâts face à moi sur la partie vélo (photo Elisa)

Ma transition natation-vélo fut catastrophique couplant erreur individuel (mettre le casque avant le t-shirt) et incohérence de corps arbitral (place du dossard). Tant bien que mal, je m’élançai pour 20 kilomètres de vélo (4 tours de 5 kilomètres) après environ 21 minutes d’épreuve. D’entrée de jeu, mes jambes étaient lourdes. Cependant, cela ne m’empêcha pas d’attraper un petit groupe roulant à bonne allure. Le parcours était très roulant mais comportant bon nombre de portions venteuses et plusieurs relances. J’étais partis dans une course poursuite avec Aurélien. J’étais motivé mais au fond de moi, je n’y croyais qu’à moitié. Après un peu moins de 10 kilomètres, je croisai Aurélien et en profitai pour mesurer l’écart qu’il y avait entre nous deux : 3’30. Je n’avais pas du reprendre grand chose sur lui durant la première moitié de la partie cyclisme. Piqué à vif, je fis un excellent troisième tour, prenant même des relais avec un coureur très costaud ce qui me permis de réduire un peu l’écart sur Aurélien. Cependant, celui-ci roulait bien et avait fortement progressé en vélo ces dernières semaines, ayant fait l’acquisition du vélo de course et d’un vtt.

Le 4 ème tour fût en revanche bien plus difficile. Je subissais un peu le contre coup de mon excellente troisième boucle et je voyais que malgré mes efforts, Aurélien restait hors de portée. Point positif, j’avais quand même repris quelques coureurs moins à l’aise sur deux roues quand dans l’eau. Je terminai ces 20 kilomètres de vélo en un peu moins de 40 minutes soit une moyenne de 32 km/h. 

IMGP6879

La partie vélo fût davantage plaisante que la natation et que la course à pied pour moi. Même si j’étais loin de mon meilleur niveau, je suis parvenu à reprendre quelques coureurs (photo Elisa)

Partie course à pied : Entre 5 et 6 kilomètres en 26’00

Une fin de course en dilettante 

IMGP6888

Aurélien a été aussi à l’aise sur la terre ferme que dans l’eau sur ce triathlon (photo Elisa)

La seconde transition fût bien meilleure que la première. Elisa était fidèle à elle-même, m’encourageant à fond et me donnant la motivation de continuer.Je sentais que les 5 kilomètres de course à pied allaient être longs. Il y avait quatre petits tours tracés en bord de Loire à parcourir. C’était le désordre absolu, il n’y avait aucun moyen de se situer au niveau du classement général. Or j’aime bien savoir à quelle position (du moins très approximative ) je me trouve lorsque que je cours. Du coup ma motivation était très fluctuante, j’hésitais entre m’arracher (pour pas grand chose) et finir en roue libre (car je suis toujours en période de reprise).

Finalement je choisis la seconde option car d’un côté je ne me sentais pas non plus en grande forme, certainement usé physiquement et mentalement par ce début de triathlon éprouvant. Malgré tout par moment, j’arrivais à trouver de la ressource pour accélérer grâce aux encouragements d’Elisa et aussi de Mika et Remy Louvel (CAC). Par moment, j’apercevais Aurélien qui galopait à bonne allure et qui n’était pas loin de me prendre un tour en course à pied.Tant bien que mal, je terminai ce triathlon sprint en 1h28’47 à la 14 ème place (sur 26 concurrents classés). Aurélien se classa quant à lui à la 9 ème place en 1h22’02, signant une belle performance. 

IMGP6894

La partie course à pied n’a pas été une partie de plaisir pour moi. Un peu dépité, j’ai eu beaucoup de mal à rester concentrer dans ma course. Heureusement Elisa était bien présente pour m’encourager (photo Elisa)

Classement et analyse 

1 PERROT Fabrice 1h13’58

2 POMARES Cindy 1h14’35

3 FOUGERE Laurent 1h15’01

9 BREGEON Aurélien 1h22’02

14 CHAPALAIN Valentin 1h28’47

 26 coureurs partants sur la distance sprint en individuel

IMGP6897

Terminant ce triathlon après 1h28’47 d’effort. Celui-ci ne restera certainement pas dans les annales pour moi (photo Elisa)

Le bilan de ce triathlon est très facile à dresser : pas d’entrainement = pas de performance.

Pour mon retour sur triathlon (mon dernier triathlon remontait au triathlon Audencia La Baule en 2011), je n’ai pas réalisé une grande performance. Assurément, il s’agit même du pire résultat que j’ai effectué sur ce type d’épreuve. Sans presque aucun entrainement en natation depuis le début de l’année et avec une pratique du vélo trop légère depuis le Danmark Rundt 2012, je ne pouvais pas non plus espérer grand chose.

Néanmoins, plus les années passent et plus mes objectifs en triathlon, notamment celui de faire un Ironman s’évaporent. Mon niveau modeste en natation pesant bien évidemment très lourd dans la balance. L’avenir nous le dira mais si je reprends part à un triathlon, ça sera à la suite d’une véritable préparation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *