8 ème épisode saison 2016 : trail nocturne de la vallée de la Vie (14 km)

Trail nocturne au Poiré sur Vie en Vendée avec mon ami François
pour conclure une formidable saison 2016

Le départ du trail nocturne de la vallée de la Vie (photo http://www.joggingclub-poiresurvie.fr/)

Avec François, mon ancien professeur en Master d’aménagement et de géographie et désormais ami, nous souhaitions prendre part à une course commune en cette fin d’année 2016. Après réflexion, notre choix se porta sur le trail nocturne de la vallée de la Vie (14 km) qui se déroulait le samedi 10 décembre sur la commune du Poiré sur Vie en Vendée. J’abordais mon ultime course de la saison avec sérénité mais sans trop d’ambition du fait d’un entrainement minimaliste ces dernières semaines. 

Avant-course 

C’est quasiment dans la foulée de ma journée de travail de facteur que je pris la direction du Poiré sur Vie. Après le trail de Barbâtre cet été et le 10 kilomètres de la virée des Puces début novembre, c’était ma troisième excursion sportive en Vendée. D’ailleurs en 2016, j’ai davantage couru en Vendée qu’en Loire Atlantique !

Comme convenu avec François, c’est vers 17h00 que nous nous retrouvâmes sur le site du départ au stade de la Montparière. Alors que j’avais effectué une bonne partie du trajet sous un épais brouillard, le ciel s’était dégagé en arrivant au Poiré sur Vie. C’était une très bonne chose car j’imagine que courir de nuit avec un fort brouillard n’est pas aisé. En ce samedi soir, les conditions météorologiques étaient donc excellentes pour la pratique du trail. La température était de l’ordre de 5 à 8°C et le ciel était clair. 

Une fois nos dossards en main, nous partîmes nous échauffer. Durant celui-ci, nous allâmes repérer les premières hectomètres du parcours sous l’impulsion de François qui les connaissait déjà car il avait déjà couru au Poiré sur Vie par le passé. Ils étaient très descendants et annonçaient un départ rapide !

Peu avant 18h00, nous rejoignîmes la ligne de ligne de départ ! J’étais motivé à l’idée de courir pour la première fois avec François. Cependant, je me sentais un peu émoussé après ma journée de travail. De plus, je risquais de payer mon peu d’entrainement depuis le 1er novembre. Quant à François, il revenait en excellente forme ces dernières semaines après une année 2016 émaillée de pépins physiques. Dans ces conditions, le pronostic était difficile à faire tant la bataille entre nous deux s’annonçait indécise. 

Un départ rapide marqué par trois premiers kilomètres à 14,5 km/h 

A quelques minutes du départ de la course (photo http://www.joggingclub-poiresurvie.fr/)

Le départ de la course fut donné peu après 18h00 à un peloton d’environ 300 coureurs. En compagnie de François, je pris un départ assez rapide dans les trente premières positions. Après 200 mètres de bitume, le parcours nous emmena dans la vallée de la Vie via une succession de descentes. Une portion que l’on avait bien repérée avec François durant notre échauffement. La vigilance était de mise car même si le terrain était sec, le chemin était étroit et le peloton très dense à ce stade de la course.

A la suite du premier kilomètre globalement descendant, les deux kilomètres suivants furent plats sur un terrain tantôt herbeux tantôt caillouteux. Notre vitesse de croisière était excellente sur ce début de course. Après environ trois kilomètres, François m’indiqua grâce à sa montre GPS que l’on tournait en 4’10 au kilomètre soit près de 14,5 km/h de moyenne.

Quelques hectomètres plus tard, les premières difficultés topographiques pointèrent le bout de leur nez. Les hostilités débutaient enfin !

Un parcours casse-patte : d’abruptes raidillons, de délicates descentes et de très nombreuses relances

Si les trois premiers kilomètres furent très roulants, la suite de ce trail s’apparentait à un parcours de montagnes russes ou à une classique cycliste ardennaise. Dans les premières grimpettes, je dépassai quelques coureurs. François, attentif et bien dans sa course, suivait à quelques mètres. J’eus déjà quelques éléments de réponse concernant ma forme du jour. Les sensations étaient convenables mais je ne me sentais pas aussi aérien que lors de mes dernières compétitions. Le manque d’entraînement depuis début novembre se faisait sentir.

Peu à peu l’on s’enfonça dans la forêt et de fait la lumière se faisait de plus en plus rare. Dans ces passages boisés, je peinais à m’orienter à cause de la faible lueur qu’émettait ma lampe frontale. Il est vraiment grand temps que je change les piles !!! Après six kilomètres de course, François était toujours dans mon sillage et semblait dans un bon jour.

La mi-course passée, le parcours fut de nouveau moins escarpé. De nombreuses chevauchées sur terrain herbeux étaient au menu des trailleurs. Physiquement je commençais à accuser un peu le coup. Levé depuis 5h45 avec ma journée de travail dans les jambes, je sentais la fatigue m’envahir progressivement. Conséquence, j’avais de plus en plus de mal à “garder les roues” et je me faisais régulièrement doubler par des concurrents. Vers le 10 ème kilomètre François me dépassa !

Des sensations médiocres dans un final corsé 

Usé, les derniers kilomètres du trail nocturne de la vallée de la Vie furent difficiles pour moi. A trois kilomètres du but, j’étais avec François au sein d’un groupe qui galopait à vive allure sur les sentiers de la vallée de la Vie. Tandis que François était aérien, je peinais à m’accrocher aux dernières roues du groupe malgré les encouragements de mon camarade. Physiquement j’étais dans le dur et je ne voyais plus grand chose à cause de ma frontale déficiente.

Les deux derniers kilomètres du circuit étaient très sélectifs. Le groupe d’une dizaine de coureurs explosa en plusieurs morceaux dans les nombreuses côtes qui jalonnaient le final de l’épreuve. En temps normal, j’adore ce genre de final très accidenté car je peux y mettre à profit mes qualités de grimpeurs. Là, je subissais les événements, incapable de changer de rythme et de suivre François qui s’envolait vers la victoire dans notre bataille. 

François en troisième position dans l’une des nombreuses côtes du parcours (photo http://www.joggingclub-poiresurvie.fr/)

C’est moi en difficulté au même endroit (photo http://www.joggingclub-poiresurvie.fr/)

Les derniers mètres de la course étaient encore plus exigeants avec des pentes très corsées. En jetant mes dernières forces dans la bataille, j’atteignis le sommet de l’ultime côte du parcours. Dès lors, la ligne d’arrivée était toute proche et il ne me restait qu’à finir tranquillement pour achever ce difficile trail de la vallée de la Vie à la 45 ème place après 1h09’39 d’effort. François avait franchi la ligne d’arrivée depuis 55 secondes lorsque je le rejoignis. Auteur d’une course régulière, il marque son retour aux affaires par une belle 40 ème place, une victoire dans sa catégorie et dans le duel qui l’opposait à moi. De bon augure pour 2017, chapeau François ! 

Classement 

1 Guillaume JOURDAIN SeM Raid Aventure Pays de Vie 0h59’22”

 2 David LE GONIDEC V1M AC ROCHE-SUR-YON * 0h59’34”

3 Freddy REMIGEREAU V1M Raid Aventure Pays de Vie 0h59’51”

40 François MADORE V2M ACLR 1h08’44” (1er V2M)

45 Valentin CHAPALAIN SeM 1h09’39

environ 300 participants

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *