Voyage à vélo avec son chien à travers l’Europe : les coups de cœur et conseils d’Amandine

voyage à vélo en Europe avec son chienAmandine a voyagé à vélo pendant 15 mois avec son chien Jah-li (photo Amandine) 

Aventurière dans l’âme, Amandine, 36 ans, est une habituée des voyages en compagnie de Jah-li, son fidèle chien et de Gino, sa robuste bicyclette. Après un premier périple en 2013 en Europe occidentale, et un second l’année suivante en direction de Budapest, la fine équipe est repartie en 2016 avec l’objectif de voyager au moins 6 mois et d’atteindre la Russie. 
Au final, en 15 mois, de mars 2016 à mai 2017, Amandine, Jah-li et Gino ont parcouru plus de 12 000 kilomètres à travers 16 pays. Du Danemark, leur pays de départ, à l’Estonie, leur pays d’arrivée, Amandine et sa troupe ont résisté à la froideur de la Laponie au printemps puis rencontré le soleil de minuit en Finlande, traversé la grande Russie, arpenté les platoniques steppes du Kazakhstan, affronté l’hiver dans les pays du Caucase et en Turquie et sillonné une bonne partie des pays d’Europe orientale anciennement rattachés à l’URSS. Une fabuleuse épopée qui leur a permis de découvrir la grande mosaïque de paysages, de cultures, d’animaux, de traditions culinaires et de peuples qui fait la richesse et la diversité du continent européen.
Dans cet article, Amandine nous livre avec enthousiasme et sans langue de bois les coups de cœur qui ont marqué son périple à vélo. De plus, elle délivre aussi quelques conseils destinés à ceux qui veulent tenter la grande aventure à vélo avec leur chien. 

Nature et grands espaces en Scandinavie : Danemark, Norvège, Suède, Finlande

bivouac sauvage en pleine nature en Finlande

La Finlande, ou le paradis des bivouacs en pleine nature (photo Amandine)

Depuis le Nord de la France, Amandine a rejoint le Danemark avant d’atteindre, via un ferry, la Norvège. Depuis Oslo, la capitale, elle a rallié les îles Lofoten, son premier gros coups de cœur. S’en est suivit une longue et belle traversée de la Laponie suédoise et finlandaise.
Amandine a particulièrement apprécié les paysages et les grands espaces sauvages “animaux sauvages, soleil de minuit” qu’offrent les pays scandinaves. Elle mentionne aussi des “gens souriants et au grand sens de l’entraide” et un respect de l’environnement très poussé. Seul bémol à ses yeux, le coup de la vie exorbitant notamment en Norvège, le pays le plus cher au monde.

Ses coups de cœur en Scandinavie : 

  • au Danemark : les villes de Vejle et Frederikshavn “ambiance de bout du monde”
  • en Norvège : la capitale Oslo, les villages de Dombas, de Snasa “première aurore boréale” et de Rognan “musée en plein air et lac salé” et bien sûr les îles Lofoten “en particulier les villages de Reine et Å”
  • en Suède : plusieurs villages charmants de Laponie suédoise en particulier Jäkkvik, Arjeplog, Jokkmokk “le paradis des amoureux de la Nature et des randonneurs” et Pajala près de la frontière finlandaise où elle a fait de superbes rencontres
  • en Finlande : gros coups de cœur pour la Laponie finlandaise sa belle Nature et les villes et villages de Ylläsjärvi, Kittilä, Inari, Ivalo, Sevettijärvi, Sodankylä, Rovaniemi, Kemi, Kuusamo. A recommander pour les amoureux de grands espaces, de Nature et de chiens. La capitale Helsinki que Amandine a atteint depuis Tallinn à la toute fin de son voyage.

Le Danemark est le premier pays du grand voyage effectué par Amandine et Jah-li
(photo Amandine)

les îles Lofoten en NorvègeLes îles Lofoten, dans le Nord de la Norvège, un gros coup de cœur pour Amandine (photo Amandine)

Laponie printemps à veloLa Laponie suédoise au printemps : frisquet mais des paysages somptueux
(photo Amandine)

Laponie suédoise à véloVastes étendues enneigées en Laponie suédoise : que du bonheur (photo Amandine)

Finlande nature voyage à véloLa Finlande offre un fabuleux terrain de jeu pour les amoureux de la Nature
(photo Amandine)

bivouac sauvage Finlande, voyage à véloRien de tel qu’un bon feu pour se réchauffer et chasser les moustiques omniprésents en Scandinavie durant la période estivale (photo Amandine)

Chaleur humaine et paysages sauvages en Russie 

rencontres russie hospitalitéDurant ses trois mois en Russie, Amandine a été époustouflée par le sens de l’hospitalité et l’esprit d’entraide des Russes (photo Amandine)

Depuis la frontière avec la Finlande, notre aventurière a dans un premier temps rallié le littoral de la mer Blanche. Cette région russe qui se nomme la Carélie a particulièrement emballé Amandine avec ses vastes étendues de toundra et de taïga. Puis, elle a atteint Moscou avant de découvrir la partie Sud-Ouest de la Fédération de Russie faite d’interminables steppes d’une platitude un peu déroutante.
De la Russie Amandine retient surtout les rencontres formidables et la gentillesse des Russes. Elle a aussi apprécié l’ambiance post-soviétique qui anime le pays tandis que ses finances remercient le faible coût de la vie en Russie. En revanche, carton rouge concernant la protection de l’environnement “avec beaucoup de détritus y compris en forêt, par manque de moyen de traitement des déchets”.

Ses coups de cœur en Russie : 

  • Les superbes rencontres et l’hospitalité russe. Une gentillesse profonde, un esprit d’entraide inégalable. “Dès le premier jour, on vous accueille, on vous ouvre les bras, on vous couvre de cadeaux, on se coupe en quatre pour vous aider, vous héberger, on s’inquiète pour vous… Dans chaque famille vous avez l’impression de retrouver la vôtre”
  • Toute la Carélie “De ces structures en bois en passant par des lacs magnifiques perdus au milieu d’une Nature aussi belle qu’hostile, entre toundra et taïga, un vrai bonheur”
  • La ville de Vologda
  • La République de Kalmoukie : seule région de Russie majoritairement bouddhiste et peuplée par des Mongoles. La petite Mongolie russe. Très dépaysant !

Paysages de la Carélie (photo Amandine)

La récolte du jour (photo Amandine) 

Les cadeaux destinés à Amandine lors de son passage en Russie (photo Amandine)

MoscouLa cathédrale orthodoxe Saint Basile le Bienheureux de Moscou (photo Amandine)

Kalmoukie région russe majoritairement bouddhisteTemple bouddhiste en Kalmoukie, région russe majoritairement bouddhiste (photo Amandine)

L’hiver aux trousses entre steppes et montagnes
au Kazakhstan, en Azerbaïdjan et en Géorgie

voyage à vélo GéorgieAmandine et Jah-li en Géorgie (photo Amandine)

Après la Russie, Amandine a atteint le Kazakhstan, immense pays situé à cheval entre l’Europe et l’Asie (le fleuve Oural fait office de frontière entre les deux continents) et constitué de steppes infinies. Elle a principalement découvert la partie occidentale du pays avant de rejoindre, suite à quelques péripéties, l’Azerbaïdjan et la Géorgie. Si ces pays ont marqué notre aventurière “dépaysement culturel garanti, paysages fascinants, espaces naturels sauvages”, Amandine en garde un souvenir contrasté notamment à cause du problème d’intégration de son chien Jah-li et des conditions climatiques hostiles à cette période (froid, vent). Elle ajoute également que “la corruption et les routes catastrophiques caractérisent ces pays où le coût de la vie n’est pas cher”. 

Ses coups de cœur au Kazakhstan et dans les pays du Caucase :

  • les paysages fascinants “steppes au Kazakhstan et montagnes lunaires en Géorgie” et les espaces sauvages “très faible densité de population”
  • Kazakhstan : Atyraou “des gens formidables qui ont mis leurs vies entre parenthèse pour régler mes petits soucis administratifs,  incroyables souvenirs…”
  • Azerbaïdjan : Bakou, la capitale, “grande richesse ethnique, beaucoup de belles rencontres”, Qabala,  “rencontre et partage auprès d’une famille adorable”, Shaki, “village niché dans la pierre, au pied du Caucase, de quoi se sentir tout petit”
  • Géorgie : Tbilissi, la capitale géorgienne, Poti “ville tranquille sur les berges de la mer Noire, un régal” et Batoumi “chouettes souvenirs, notamment la rencontre de routards haut-alpins”

Rencontres diverses dans les steppes kazakhs (photo Amandine)

voyage à vélo chien Azerbaidjan Immensités sauvages en Azerbaïdjan (photo Amandine)

A l’épreuve du début de l’hiver dans les montagnes en Géorgie (photo Amandine)

Un hiver sur les bords de la mer Noire en Turquie

Jah-li devant une mosquée en Turquie (photo Amandine)

A la suite de la Géorgie, Amandine a atteint la Turquie puis longé la mer Noire afin de bénéficier de températures relativement clémente pour l’hiver. Elle a aussi visité les deux plus grandes villes du pays : Ankara, la capitale puis la mythique Istambul sur le détroit du Bosphore. Une nouvelle fois de formidables rencontres ont marqué son passage en Turquie “des gens incroyables, souriants et curieux”. A propos de la Turquie, Amandine évoque aussi l’excellente nourriture et la belle architecture des bâtiments.
Concernant les aspects plus négatifs, Amandine a subi, comme dans le Caucase, la médiocre intégration de son chien par les locaux. Par ailleurs, elle insiste aussi sur ses difficultés pour communiquer avec les Turcs à cause de “la barrière de la langue si vous ne parlez pas le turc”.

Ses coups de cœur en Turquie : 

  • Tirebolu : “un air de paradis perdu sur les falaises escarpées, sous les palmiers ou au milieu des souks, ambiance garantie”
  • Giresun et Persembe, deux jolies villes sur les bord de la mer Noire
  • Ankara : “une superbe rencontre à Ankara, parmi les plus belles de ce voyage et un mélange ethnique fabuleux dans la capitale turque”
  • Istanbul : “La ville aux 20 millions d’habitants, à voir une fois dans sa vie”
  • la nourriture turque “excellente surtout pour la végétarienne gourmande que je suis”

Vélo Turquie, mer NoireAmandine a longé la mer Noire pour profiter des températures plus clémentes de l’hiver turc avant de bifurquer vers la capitale Ankara (photo Amandine)

Bulgarie et Roumanie, retour en Europe et dans les pays de l’ex URSS

Bulgarie, voyage à vélo avec chienJah-li et Amandine sont de retour en Europe (photo Amandine)

Après ce crochet en Asie, Amandine a retrouvé l’Europe au mois de février. La Bulgarie dans un premier temps, puis la Roumanie et sa capitale Bucarest. Pour notre cyclovoyageuse favorite, ce retour signifiait notamment la fin du casse tête des visas qui l’enquiquinait depuis la Russie.
Dans ces deux pays, elle a apprécié les traversées de petits hameaux et villages, l’ambiance post-soviétique ainsi que la grande hospitalité des locaux. Points négatifs, la propreté et les routes mal entretenues donc dangereuses à vélo.

Ses coups de cœur en Bulgarie et en Roumanie : 

  • L’ambiance post-soviétique et la grande hospitalité des habitants
  • Bulgarie : Studena “une belle rencontre et un charmant village”, Madara et son fameux rocher sculpté, Cherven et Ivanovo “des gorges impressionnantes”, Amara  et Slobozia “encore une très belle rencontre et de bons souvenirs, un magnifique lac également”
  • Roumanie : la belle capitale Bucarest

Paysages vallonnés en Bulgarie (photo Amandine)

rencontres sympa BulgarieDe nouvelles belles rencontres ont animées le passage d’Amandine en Bulgarie et en Roumanie (photo Amandine)

La Moldavie, petit pays mais gros coup de cœur pour Amandine

La campagne moldave (photo Amandine)  

La Moldavie ! Qui connait ce petit pays situé en Europe orientale, enclavé par la Roumanie et l’Ukraine et dont la capitale est Chisinău ? Avant d’y voyager, Amandine ne connaissait presque rien de cette ancienne république soviétique. D’ailleurs, elle n’attendait pas grand chose de son passage dans ce pays.
Finalement, dès ses premiers tours de roues sur le sol moldave, elle a eu le coup de foudre pour ce pays à la forte identité russophone. Elle en est ressortie enchantée et elle m’a confié avoir eu du mal à quitter la Moldavie et sa population tellement attachante. En effet, si Amandine a été conquise par la Moldavie ce n’est pas grâce aux paysages vallonnés de la campagne moldave mais bien par les Moldaves eux même.
Amandine vous invite fortement à découvrir la Moldavie et la Transnitrie, entité sécessionniste de la Moldavie non reconnue internationalement car selon elle “la meilleure façon de vous faire une idée sur cet amour de pays, c’est d’y aller”. 

Ses coups de cœur en Moldavie :

  • Les Moldaves car “partout où il y a des Moldaves c’est forcément un bon moment à la clef, on vous invite à dormir, on vous intègre à la famille, on prévient les amis et la famille dans les villages suivants de votre arrivée prochaine”. Une hospitalité unique et des gens extrêmement attachants. 
  • Chisinau la très méconnue capitale moldave
  • Hîncesti, Soroca et sa forteresse légendaire et Orheiul Vechi et son monastère incrusté dans la roche
  • Tirnauca “à chaque arrêt une nouvelle famille, un nouvel ami, et du bon vin en prime, que demande le peuple”

Le monastère de Orheiul Vechi dans l’Est du pays (photo Amandine)

A chaque village, de nouvelles invitations à manger ou à dormir attendaient Amandine en Moldavie (photo Amandine)

Richesses culturelles et rusticité des campagnes en Ukraine

Paysages champêtres en Ukraine (photo Amandine)

Difficile de passer après la chaleureuse et hospitalière Moldavie. En Ukraine, Amandine a apprécié la grande richesse culturelle du pays (très beaux monuments, architecture), les traversées de villages typiques dans la campagne et la météo très clémente au mois d’avril. C’est aussi un pays où le coût de la vie est très bon marché pour le voyageur venu de France.
Néanmoins, Amandine garde un souvenir un peu contrasté de l’Ukraine avec des gens “un poil méfiants avec les étrangers” et “une ambiance assez particulière au final”. Malgré tout, c’est en Ukraine, à Kiev, qu’elle a fait l’une des plus belles rencontres  de son voyage. Elle sort également le carton rouge concernant la gestion des déchets !

Ses coups de cœur en Ukraine :

  • Odessa : la Floride ukrainienne, “une sorte d’extra-terrestre hyper touristique sur les bords de la Mer Noire, chouette ambiance et rencontres sympathiques au détour des auberges de jeunesse”
  • Toute la campagne ukrainienne “pour ses paysages, ses petits villages typiques et sa rusticité”
  • Kiev : la belle capitale ukrainienne ! “Tout est à voir et à savourer dans cette capitale parmi les plus verte de l’ex URSS. Et puis un clin d’œil à ma mama d’accueil que je ne voulais plus quitter : Larissa”

Eglise orthodoxe, Kiev

Le monastère orthodoxe de La Laure de Potchaiev à Kiev (photo Amandine)

La Pologne et sa grande forêt primaire le long de la frontière biélorusse

Après l’Ukraine, Amandine a rallié à la Pologne à défaut de pouvoir découvrir l’intrigante Biélorussie faute de visa. Pour atteindre les Pays Baltes et notamment Tallinn où elle avait rendez-vous avec sa famille à la fin du mois de mai, elle a fait au plus court en traversant la partie orientale de la Pologne. De son passage en Pologne, Amandine retient les paysages forestiers foisonnants, les belles églises orthodoxes, ainsi que la modernité et la propreté du pays. Seule zone d’ombre de sa traversée de l’Est de la Pologne, la météo catastrophique (pluie et neige) à la fin du mois d’avril et au début du mois de mai.

Ses coups de cœur en Pologne : 

  • le système d’agroturistica Dom ou logements à la ferme ” praticité et très bon accueil pour les cyclovoyageurs”
  • Hanna “encore une jolie rencontre”
  • Hajnowka et Bialowieza “terre de bisons et de la plus grande forêt primaire d’Europe, un chef d’oeuvre de la Nature”
  • Suwalki

foret primaire Pologne, bisonDe somptueuses forêts primaires ont accompagnée Amandine et Jah-li en Pologne (photo Amandine)

Les trois Pays Baltes pour boucler l’aventure : Lituanie, Lettonie et Estonie

Tallinn EstonieAperçu de Tallinn, la coquette capitale estonienne (photo Amandine)

Au mois de mai 2017, les Pays Baltes ont conclu en beauté le grand tour d’Europe d’Amandine. Depuis la frontière lituanienne, elle a roulé jusqu’à Tallinn, la capitale de l’Estonie et terminus de son voyage. Amandine y avait retrouvé sa famille venue pour l’occasion. Si elle a parcouru les Pays Baltes un peu en quatrième vitesse, elle a, tout de même, apprécié les paysages légèrement ondulés “aux airs de Finlande avec de nombreux lacs et de vastes forêts”. De belles rencontres ont également accompagné les derniers coups de pédales de son itinérance.

Ses coups de cœur dans les Pays Baltes :

  • Lituanie : Kaunas et sa vieille ville notamment, Talackoniai “il n’y a rien là-bas, si ce n’est une famille formidable”, Pajiesmeniai “un petit camping à la ferme bio tenu par une biologiste passionnée, ça vaut le détour”
  • Lettonie : Riga “même si je ne m’y suis pas arrêté, Riga a l’air d’être une très chouette capitale”
  • Estonie : Tallinn, la capitale de l’Estonie “avec sa ville intra-muros, une ville qui bouge beaucoup tout en restant à taille humaine”

Jah-li et Amandine de passage en Lituanie (photo Amandine)

Le littoral letton, ses plages et ses forêts à perte de vue (photo Amandine)

Élégante église orthodoxe en Estonie (photo Amandine)

Voyager à vélo avec son chien : les cinq conseils d’Amandine

voyager avec un chien et à vélo les conseils d'AmandineÉducatrice canine de profession, Amandine distille quelques conseils pour voyager en toute sérénité avec son chien (photo Amandine)

  • 1 er conseil : bien connaître son chien et les chiens en général 
    Bien connaître son chien est primordial pour éviter les problèmes en voyage. Une maîtrise quasi totale de son chien est indispensable; il doit revenir du premier coup par exemple. En voyageant avec un chien, on attire forcément d’autres chiens. De fait, une bonne connaissance des chiens en général est également essentielle.
  • 2 ème conseil : se renseigner sur les modalités d’entrée des chiens dans les pays traversés
    Avant le départ, vous pouvez vous renseigner auprès de votre vétérinaire, mais aussi sur internet, ou auprès des ambassades ou DDPP (Direction Départementale de la Protection des Populations) afin de connaitre précisément les modalités d’entrées des chiens dans les différents pays du monde. Vous pouvez consulter ce site en particulier: https://www.anivetvoyage.com/ 
  • 3 ème conseil : avoir une trousse de secours pour le chien
    Avec l’aide d’un vétérinaire, pensez à préparer un trousse de secours et de premiers soins pour le chien
  • 4 ème conseil : habituer son chien au voyage à vélo 
    Quelques semaines ou mois avant le grand départ, prenez le temps d’habituer votre chien à la remorque cela facilitera son adaptation
  • 5 ème conseil : aménager des temps de marche avec son chien
    Si votre chien n’est pas un chien de compétition, courir à côté du vélo ne doit pas être son seul moyen de dépense de la journée car c’est un effort bien trop intense. Commencez vos étapes tranquillement pour vous échauffer tous les deux par exemple en marchant tout en poussant le vélo.

Je remercie Amandine d’avoir partager les coups de cœur de son fabuleux voyage à vélo à travers la grande et multiple Europe avec son chien Jah-li et sa bicyclette Gino.
Prochain périple à vélo pour nos amis voyageurs : les Balkans d’ici pour environ 2 mois à partir de la mi-mai. A suivre sur la page facebook d’Amandine, où elle poste régulièrement des photos de ses escapades à vélo.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *