5 ème épisode saison 2012 : Noz Trail de la vallée du Scorff (9,3 km ; 275 m D+)

Bonne performance sur le Noz Trail à Cléguer

En ce week-end printanier, j’avais concocté avec ma camarade Marion, un week-end trail dans le Morbihan. Nous avions ciblé deux courses organisées dans le cadre du trail de la vallée du Scorff du côté de la petite bourgade de Cléguer. Le samedi soir, un parcours escarpé de 9,3 kilomètre nous attendait tandis que le lendemain matin c’était 12 kilomètres qui était au programme. Un copieux menu qui visait à tester notre endurance. 

nocturne chap

30 minutes avant le départ, prêt à en découdre (photo Marion)

Avant course 

Après avoir sillonné le littoral morbihannais dans le courant de l’après-midi, nous avons rallié la petite ville de Cleguer, située à une quinzaine de kilomètre de Lorient un peu avant 20h30 soit environ une heure avant le départ du Noz Trail. Un timing suffisant pour récupérer nos dossards dans la salle des fêtes de Cleguer avant de troquer nos vêtements de civils pour nos tenues de traileurs. Par la suite nous sommes partis nous échauffer, en repérage des derniers hectomètres du parcours dans la pénombre qui progressivement s’installait nous signifiant ainsi que le départ approchait.

Quant eux conditions météorologiques, elles étaient plutôt clémentes : pas de pluie et une température comprise entre 6 et 8°C. Des conditions quasi idéales et bien différentes de mes deux premières expériences nocturnes particulièrement glaciales.

Un départ ultra rapide 

Vers 21h30, le départ fut donné à un peloton de 220 coureurs environ. Un pack sans véritable tête d’affiche mais toutefois composé de quelques traileurs aguerris. Un départ typiquement breton, lancé sur fond de cornemuse et avec des lampes torches placées sur le bord de la route. Pour ma part, je me suis élancé à très vive allure comme ma stratégie de course le prévoyait. En effet si je voulais faire un bon résultat je savais que sur un trail nocturne aussi court, il fallait que je parte fort, ce que je n’avais pas su faire à Ecuillé. Quant à Marion elle prit aussi un départ rapide dans mon sillage.

Les premiers hectomètres étaient constitués de portions roulantes majoritairement en bitume. Ce n’était qu’après environ 1 kilomètre que le parcours pénétrait dans les sombres bois jouxtant la vallée du Scorff.  Les sensations étaient assez correctes même si je me savais en sur-régime et je me doutais que je ne resterais plus très longtemps en 5 ème position.

A la recherche du second souffle 

Progressivement j’ai été contraint de baisser de rythme. Je commençais même à peiner pour respirer correctement et il était urgent de réduire le cadence à la recherche du second souffle. Conséquence logique, quelques coureurs prirent l’avantage sur moi. Quant au parcours, il se complexifiait progressivement. Dès lors, il empruntait des passages herbeux dans les champs et passait par des chemins forestiers avec des portions techniques et sinueuses entre les arbres. De plus par moment, l’orientation était loin d’être évidente même si le parcours était très correctement balisé. Après 5 kilomètres, je devais être classé autour de la 16 ème place mais j’avais bon espoir de remonter un peu au classement car je savais que la seconde partie de course serait plus escarpée et donc davantage pour moi. 

MP nocturne

Marion dans une partie technique (photo www.foulees-de-cleguer.fr/)

Une fin de course très escarpée conclue de belle manière 

Après une longue partie rectiligne effectuée en solo, le parcours prenait enfin de la hauteur et de belles côtes se profilaient. Cette fin de parcours beaucoup plus complexe d’un point de vue topographique n’était vraiment pas pour me déplaire. D’ailleurs je commençais à apercevoir au loin les sillons lumineux des frontales de mes adversaires sur lesquels je revenais progressivement. La motivation était au rendez-vous et c’est avec un très bon mental que j’attaquais les dernières difficultés de ce Noz Trail.  A environ 2 kilomètres de l’arrivée, une côte monstrueuse se profila devant nous. Une escalade dans laquelle il n’était pas possible de courir. Une marche énergique me permit de dépasser un ou deux coureurs.

Désormais j’étais en compagnie d’un coureur avec lequel je gambadais depuis déjà quelques kilomètres. Nous avons effectué la fin de parcours ensemble avant de se tirer la bourre sur le sprint. A ce jeu là, c’est mon camarade de course qui l’emporta de peu. Au final j’échouai dans ma quête du top 10 me classant à une honorable 13 ème place (1 er espoir) en 46’29. Il me restait à récupérer pour être en mesure de remettre le couvert le lendemain matin en allant cette fois chercher une place dans les 10 premiers. Quant à Marion, sa très belle course (37 ème en 49’47) fut récompensée par une première place chez les féminines. Une performance qu’elle espérait naturellement rééditer le lendemain sur le trail diurne de 12 kilomètres.

Classement 

1 GUILLAMET Raphael – 1 Se h. – INDIVIDUEL 00:42:11

2 SUPPI Jerome – 2 Se h. – QUEVEN 00:42:11

3 PASQUIO Christophe – 1 V1 h. – QUEVEN ATHLE 00:43:43

13 CHAPALAIN Valentin – 1 Es h. – CARQUEFOU 00:46:29

37 PELE Marion – 1 Se F – CARQUEFOU AC 00:49:47

211 classés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.