Voyage en Indonésie : Java – Banyuwangi et ascension du volcan Kawah Ijen

Ascension volcan Kawah Ijen Java IndonésieEn amoureux sur les bords de la caldeira du volcan Kawah Ijen
sur l’île de Java en Indonésie (@courir-lemonde)

Java, la seconde île que nous avons visitée en Indonésie nous a offert un tout autre visage que Bali. Tout d’abord, contrairement à sa voisine hindouiste, c’est la religion musulmane qui rythme le quotidien d’une large majorité des Javanais. Située sur la détonante ceinture de feu du Pacifique, Java, rime aussi avec volcan ! Ainsi, dans la partie orientale de cette île peuplée de plus de 140 millions d’habitants, nous avons découvert deux célèbres volcans indonésiens : le Kawah Ijen et le Bromo.
Nos premiers pas sur Java ont été marqués par l’ascension du premier cité : le Kawah Ijen, volcan explosif qui abrite le lac le plus acide de la planète et également connu pour ses courageux extracteurs de minerai de soufre.
Retour en texte et en images sur nos trois journées dans la région de Banyuwangui, où se trouve le Kawah Ijen, tout à l’Est de l’île. 

Nos coups de cœur dans la région Banyuwangui et du Kawah Ijen 🙂

  • le volcan Kawah Ijen et l’expédition nocturne que nous avons menée pour le rallier 
  • la gentillesse des locaux dans les petits villages entre Banyuwangui et le volcan 
  • la rencontre de Jakob et Anna, un couple de voyageurs allemands

Premiers pas sur Java, la fervente musulmane

Banyuwangui et le volcan Kawah Ijen, dans la partie orientale de l’île de Java
(@capture écran google maps)

Depuis Bali, la traversée en ferry fut interminable, plus de deux heures, en dépit du peu de kilomètres (trois kilomètres) séparant les deux îles.
Dès notre arrivée à Java, le changement de décor fut saisissant. Les mosquées avaient remplacé les temples et la plupart des femmes portaient le voile. Plus de doutes, nous avions bien posé les pieds sur la très musulmane île de Java. 

A la suite de notre déjeuner dans une auberge située près du port, nous prîmes la direction du centre de Banyuwangui, situé à cinq kilomètres, avec la volonté de faire du stop. Cependant, toutes les dix secondes, nous étions arrêtés par des chauffeurs de taxis ou des conducteurs de mini-bus locaux, appelés bémos, qui voyaient en nous la possibilité de gagner leur après-midi.
Après d’âpres négociations concernant le prix de la course, nous prîmes un bémo grinçant pour atteindre le logement que nous avions repéré sur booking.com. Néanmoins, le conducteur, énervé et pas coopératif, nous déposa volontairement à 500 mètres du logement car ce dernier souhaitait une obole plus généreuse de notre part. Nous ne cédâmes pas car le tarif négocié était déjà largement au dessus des standards locaux.

A Banyuwangui, nous eûmes beaucoup de mal à trouver un logement convenable. Entre les voraces puces de lit et les nauséabondes odeurs de moisissures, le choix fut complexe.
Finalement nous trouvâmes, toujours sur booking.com, un logement plus alléchant situé dans la campagne entre Banyuwangui et le volcan Kawah Ijen : le Kampoeng Joglo Ijen. Pour l’atteindre nous prîmes un taxi qui nous mena à notre pied-à-terre, au milieu des rizières. 

Rizières et palmiers sur Java (@courir-lemonde)

Sourires enfantins à Banyuwangi sur l’île de Java (@courir-lemonde)

Étal de fruits tropicaux en bord de route à Banyuwangui (@courir-lemonde)

Préparatifs pour l’ascension nocturne du volcan Kawah Ijen 

Ce vendredi 1er décembre, la mission du jour était de préparer au mieux l’ascension nocturne du volcan Kawah Ijen prévue pour la nuit prochaine.
Premièrement, nous étions en quête d’un scooter afin de pouvoir rallier par nous même le pied du bouillonnant volcan. Deuxièmement, nous devions trouver un autre logement car celui où nous avions passé la nuit affichait complet pour la nuit à venir.

Depuis notre pied-à-terre, nous partîmes à pied, vers le petit bourg de Licin, où nous espérions trouver un loueur de scooter. En chemin, au milieu des rizières, nous rencontrâmes des locaux très avenants. Ces derniers nous proposèrent leur scooter. Néanmoins, il s’agissait d’un modèle manuel et je n’étais franchement pas à l’aise dessus. Puis, ils nous apprirent que le loueur de scooter le plus proche se trouvait à Banyuwangui. A trois sur le scooter, nous filâmes dans cette direction contre 50 000 IDR, soit 3 euros. 

Direction Banyuwangui en compagnie d’un local. A trois sur le scooter (@courir-lemonde)

Comme convenu, nous trouvâmes un scooter pour 70 000 IDR soit environ 4,5 euros. Notez que ce loueur se trouve juste à côté de la gare ferroviaire de Banyuwangui. Immanquable !

De retour à notre logement, nous prîmes nos sacs-à-dos pour partir en quête d’un nouveau pied-à-terre. Durant nos recherches, nous fîmes la rencontre d’un couple de voyageurs allemands. Une rencontre décisive ! Contrairement à nous, ces derniers avaient un logement pour la nuit prochaine. Mais, ils étaient en recherche d’un scooter pour les mêmes raisons que nous. Nous déjeunâmes ensemble dans un petit restaurant puis nous décidâmes de faire “course commune”.

Dans l’après-midi, avec mon deux roues motorisés, j’emmenai Jakob au loueur de scooter de Banyuwangui pour qu’il puisse en louer un aussi. Nous fîmes également quelques provisions pour la sportive nuit à venir et nous achetâmes des masques pour se protéger des émissions de soufre.
Grâce à l’amabilité de la gérante, nous pûmes nous installer dans le logement de nos nouveaux camarades : le Ljen Volcano Bed n Breakfast ! La propriétaire des lieux nous confia même sa propre chambre. Une personne adorable avec la main sur le cœur.

L’ascension nocturne du sulfureux Kawah Ijen, un gros coup de cœur pour Elisa 

Couchés vers 21h00, en dépit de la fête locale célébrant l’anniversaire de la naissance de Mahomet aux portes de la maison, la nuit fut très courte puisque à minuit le réveil nous sortait déjà du sommeil.
Excités, nous prîmes la route du Kawah Ijen vers 0h40. Depuis notre logement situé à Licin, une bonne vingtaine de kilomètres de scooter nous attendait.
Malgré la fausse billetterie située à environ 10 kilomètres du volcan et les bouchons peu avant le parking, le trajet fut accomplit en une cinquantaine de minutes.

Nos scooters garés puis nos précieux sésames en poche, nous débutâmes l’ascension vers la caldeira du volcan vers 2h00 du matin. Comptez 100 000 IDR soit environ 6 euros par personne pour obtenir le ticket d’entrée. 
Malgré l’heure avancée, le site de départ était très animé. De multiples groupes de touristes, dont beaucoup de touristes indonésiens, étaient sur place.

Plutôt exigeante et présentant de forts pourcentages, la randonnée d’environ quatre kilomètres nous prit environ 1h30. Néanmoins, un guide est vraiment inutile car le tracé est assez rectiligne et sans difficulté d’orientation. Dans les derniers hectomètres avant le cratère, les odeurs de soufre portées par les rafales de vent se faisaient ressentir, ce qui nous obligea à dégainer nos masques protecteurs.
Par ailleurs, nous vous conseillons de vous vêtir d’habits chauds car à plus de 2 000 mètres d’altitude la température est inférieure à 10°C. 

Vers 3h30, nous embrassions les pierreuses lèvres de la caldeira du volcan. Puis, à la suite d’une courte pause, nous attaquâmes la descente vers les abîmes du Kawah Ijen pour observer l’extraction du soufre et les fameuses flammes bleues. En compagnie d’autres voyageurs, nous empruntâmes un “chemin” rocailleux particulièrement glissant.
Outre l’intrigant spectacle des flammes bleues, nous vîmes des surhommes au travail. Dans l’obscurité polluée par de nocives vapeurs de soufre, des hommes, lestés de lourdes besaces gavées de minerai de soufre, se tuaient à la tâche. Pour l’équivalent de quelques dizaines d’euros par mois, ces valeureux travailleurs bossent chaque nuit dans des conditions terribles, voyant leur espérance de vie réduite à une quarantaine d’années. 

Vers 5h00, nous étions de retour sur les hauteurs du volcan pour assister au lever du soleil. Bien que voilée, l’aube dévoila enfin le vrai visage du Kawah Ijen. Voyez par vous-même grâce aux photos ci-dessous.

Début de journée dans le volcan Kawah Ijen (@courir-lemonde) 

Ascension volcan kawah Ijen sur JavaEn compagnie de nos amis allemands dans le cratère du Kawah Ijen (@courir-lemonde)

Volcan Kawah Ijen souffre JavaElisa dans le cratère du Kawah Ijen. A sa gauche, il s’agit de l’outil utilisé par les extracteurs de soufre pour remonter le précieux minerai (@courir-lemonde)

Volcan kawah Ijen IndonésieNuage de souffre s’extirpant du Kawah Ijen (@courir-lemonde)

Panorama sur la caldeira du volcan Kawah Ijen (@courir-lemonde)

Banyuwangi – Probolinggo en bus : le trajet en bus le plus dangereux de notre vie

A pied, le retour vers le parking fut interminable. Nous l’atteignîmes vers 7h00, fatigués par notre échappée nocturne. Heureusement, au Ljen Volcano Bed n Breakfast un petit déjeuner royal affectueusement préparé par notre hôte nous attendait. Requinquant !
Ensuite, avant de repartir pour de nouvelles aventures franco-allemandes, une petite sieste s’imposait afin de se remettre de notre éprouvante chevauchée nocturne.

Quelques heures plus tard, nous étions tous les quatre dans un bus en direction de Probolinggo, seconde halte de notre périple sur l’île de Java. Un trajet rendu très périlleux à cause d’un conducteur complètement fêlé. 

Homestay pas cher et super pour faire l'ascension du volcan kawah Ijen sur JavaLocalisé entre Banyuwangi et le volcan Kawah Ijen, le logement Ljen Volcano Bed n Breakfast est vraiment chouette et bon marché (@courir-lemonde)

Le trajet en bus entre Banyuwangi et Probolinggo fut particulièrement éprouvant : 7h de bus pour effectuer moins de 200 kilomètres et surtout un conducteur de bus complètement cinglé. A de nombreuses reprises, nous avons frôlé l’accident
(@courir-lemonde)

Quelques adresses à Banyuwangui  

Ou manger à Banyuwangui :

Nous n’avons pas d’adresses à recommander à Banyuwangui car nous avons mangé uniquement sur le pouce ou dans des petites gargotes sans nom. Vous trouverez plein de petits restaurants où manger pour pas cher.

Où dormir à Banyuwangui :

  • Kampoeng Joglo Ijen : vous y trouverez de nombreux cabanons bien équipés au milieu des rizières. Cadre agréable avec piscine en plein air et restaurant. Nous avons payé 300 000 IDR soit environ 20 euros pour une nuit. 
  •  Ljen Volcano Bed n Breakfast : très bon plan logement, à vingts kilomètres du volcan Kawah Ijen. Accueil formidable et tarif très bon marché. 80 000 IDR soit 5 euros la nuit pour deux.

Pour retrouver nos autres carnets de voyage à Java :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *