Mes 10 raisons de voyager à vélo

voyage à vélo en Norvège Lors de mon voyage à vélo en Scandinavie dans les montagnes de Norvège
(@courir-lemonde)

Depuis une petite dizaine d’année, j’ai développé une grande passion pour le voyage à vélo. Proche de la Nature, économique, synonyme de liberté et formidable facilitateur de rencontres, le vélo est à mes yeux le meilleur moyen de transport pour découvrir un pays ou pour sillonner le monde. Contrairement aux idées reçues, le voyage à vélo est accessible à tous. Pas besoin d’être un sportif de haut niveau, un cycliste chevronné ou un aventurier hors pair pour prendre la roue de l’itinérance à vélo. Le seul véritable prérequis, c’est la motivation et la soif de découverte.
Hormis les conditions météorologiques (vent fort, pluies torrentielles, froid glacial ou chaleur étouffante) qui peuvent être incommodantes et le fort dénivelé qui peut rendre les étapes très éprouvantes, je ne vois que des avantages à voyager à vélo. Et encore, une journée maussade peut être égayée par une invitation à dormir chez l’habitant et une âpre ascension de col est souvent récompensée par un panorama époustouflant.
Vous hésitez encore à enfourcher votre bicyclette ? Fort de périples à vélo en Scandinavie, en Irlande, en Sardaigne, en Corse, en Espagne et au Portugal, je vous livre, mes 10 raisons de voyager à vélo. 

1) Le voyage à vélo comme moyen de découvrir une région à son rythme
et d’en apprécier ses paysages

Le vélo est un mode de transport doux et à vitesse modérée. Il est ni trop lent comme peut l’être la marche à pied et ni trop rapide comme la voiture, le train ou l’avion. En général, le cyclovoyageur se déplace à une vitesse comprise entre 10 et 20 km/h selon sa forme, et en fonction du profil topographique et des conditions météorologiques. A cette allure, les paysages défilent doucement. Ainsi, le voyageur à vélo a le temps de les admirer, de s’en imprégner et de les déguster. J’assimile souvent l’itinérance à vélo à une leçon de géographie en plein air. Contempler la chaîne de montagnes qui se dresse devant vous, apprécier l’arc-en-ciel annonciateur d’une éclaircie après une averse, apercevoir furtivement un animal sauvage ou photographier cette jolie fleur qui vous plait beaucoup. A vélo, on prend son temps pour découvrir une région ou un pays à son rythme ce qui fait qu’on opte pour un voyage qualitatif plus que quantitatif.

IMGP0369Les paysages lacustres, montagneux et boisés du Killarney National Park
(@courir-lemonde)

Isola TavolaraL’île de Tavolara se trouve dans le secteur d’Olbia sur la côte orientale de la Sardaigne (@courir-lemonde) 

2) Voyager à vélo procure un vrai sentiment de liberté …

Voyager à vélo est synonyme de liberté ! Quel sentiment d’évasion j’ai éprouvé lorsque j’ai sillonné les côte Ouest de l’Irlande en 2014. Même constat en 2017 dans les montagnes sardes et en 2018 lors de mon odyssée scandinave.
Ce sentiment de liberté est particulièrement prononcé quand vous voyagez en solitaire. Vous êtes alors le seul capitaine de votre aventure et vous décidez de faire ce que vous voulez quand vous le souhaitez. Puis, à vélo, on ne dépend pas des horaires d’un train ou de la fréquence d’un bus. On peut aller où on le souhaite, quand on veut et à son rythme. Afin de jouir de cette liberté, il est important de ne pas être trop ambitieux lors de l’élaboration de son parcours. Et surtout de garder une grande flexibilité.
Enfin, des routes nationales fréquentées aux petits chemins de terre et de rocaille, le vélo se faufile partout. Cela vous garantit une grande liberté pour concocter votre itinéraire.

Voyage à vélo liberté Voyager à vélo procure un grand sentiment de liberté (@courir-lemonde) 

 Voyage a vélo, sentiment de libertéA vélo sur les routes de Laponie en Suède (@courir-lemonde)

3) … et donne au voyageur autonomie et flexibilité 

Voyager à vélo c’est aussi plus d’autonomie et de flexibilité. D’une part, on peut s’arrêter dès qu’on le souhaite ” Quelle magnifique vue ! J’ai bien envie de m’arrêter pour contempler le panorama et faire une pause “. Instant jouissif parfaitement inconcevable en train ou en bus et pas toujours évident en voiture. D’autre part, selon l’envie du moment il est aisé et même plaisant de modifier son itinéraire pour dénicher un super spot ou juste pour faire parler son instinct.

IMGP0437Petite pause pour contempler le paysage lors de l’ascension du Coomakista Pass dans le Kerry en Irlande (@courir-lemonde)

plage de la Pelosa, StintinoPause relaxante sur la plage de la Pelosa dans le Nord de la Sardaigne
(@courir-lemonde)

4) Le vélo, un véritable facilitateur de rencontres

Le vélo est un formidable vecteur de rencontres. Que ce soit des locaux ou d’autres voyageurs à vélo, lorsque l’on voyage à vélo, on attire l’œil et la curiosité d’autrui. A bicyclette, c’est facile de capter un sourire ou un regard. Ainsi, le contact avec l’extérieur est simplifié. Le vélo n’est pas équipé d’un pare brise qui certes protège en cas d’intempéries mais qui coupe aussi du monde extérieur.
Par ailleurs, voyager à vélo intrigue et force le respect, surtout dans des contrées reculées et montagneuses. A votre passage, des locaux vous encouragent et vous applaudissent. Parfois des gens questionnent le cyclovoyageur et souhaitent en savoir plus sur son aventure et ses motivations. Transcendés par votre échappée, certains habitants pourraient même vous proposer une douche chaude, un repas reconstituant ou un lit pour passer une nuit douillette.

rencontres voyages à véloErkki chez qui j’ai dormi en Finlande près de Tampere. Une très belle rencontre
(@courir-lemonde)

rencontre en Sardaigne hospitalitéPépé, chouette rencontre sur les routes sardes (@courir-lemonde)

Tina allemande voyage à véloL’Allemande Tina, cyclovoyageuse rencontrée en Irlande (@courir-lemonde)

5) Un budget réduit pour un plaisir décuplé 

Voyager à vélo est économique. Une fois le coût du vélo et du matériel amortis, voyager à vélo ne coûte pas cher. Les frais de transport sont limités. Pas de location de voiture, d’essence ou de billet de train. Concernant le poste hébergement, il est facile à maitriser si on pratique le bivouac et le camping.
Pour beaucoup de cyclovoyageurs, le voyage à vélo en lui même (la découverte de paysages, les rencontres faites en chemin et le contact avec la Nature) suffit pleinement à étancher sa soif d’aventure. Le voyageur à vélo se concentre sur l’essentiel et relègue au second plan, sans pour autant les rayer complètement, les restaurants, les musées et les onéreuses sorties et activités.

voyage à vélo bivouac danemarkLorsque l’on voyage à vélo, on apprend à se contenter de peu et donc à dépenser moins. On se réjouit d’un pique-nique en altitude, d’un agréable point de vue ou d’une bière rafraîchissante à la terrasse d’un café (@courir-lemonde)

Parfois, des locaux vous donneront même quelques provisions de fruits comme ici en Sardaigne … (@courir-lemonde)

6) Le bivouac sauvage et ses vues imprenables au réveil 

Quel bonheur de dénicher des spots d’anthologie pour planter son bivouac. J’adore son côté imprévu, mystérieux et surtout ses majestueuses vues au réveil. En fonction de la région et des conditions météorologiques, faire un feu peut être très apprécié.
J’aime le choix du lieu qui se fait au feeling, selon l’envie du moment et la géographie de la contrée traversée. Le bivouac sauvage est plaisant et facile à vélo puisqu’on peut s’arrêter à peu près partout.

Camping sauvage voyage a vélo Scandinavie NorvègeJoli spot pour planter la tente dans le Nord de la Norvège (@courir-lemonde)

Joli cadre pour bivouaquer près du Capo Comino en Sardaigne (@courir-lemonde)

7) Une satisfaction personnelle et un moyen de dépasser ses limites 

Parcourir une région, un pays ou un continent à vélo, c’est une vraie fierté personnelle. Ainsi, quand on l’a fait, on peut dire qu’on l’a vraiment effectué par ses propres moyens, à la force des mollets. Puis, voyager à vélo permet aussi de dépasser des limites qu’on pensait inatteignables auparavant comme gravir un col de 10 kilomètres, parcourir 100 kilomètres à vélo en moins de 24h ou rouler toute une journée sous la pluie. Chacun peut progresser à son niveau et surmonter ses limites.

IMGP0478Transcendé par les moutons irlandais, je suis parvenu à escalader cette côte de près de 4 kilomètres à plus de 10% malgré le vent de face qui soufflait très fort dans le Kerry (@courir-lemonde)

col de bavellaLes derniers lacets du col de Bavella en Corse proposent une pente moyenne de 8 à 11% (@courir-lemonde)

8) Voyager à vélo procure des bienfaits pour votre santé 

Je ne vous apprends rien, faire du vélo (et plus généralement du sport) est excellent pour la santé. Dès lors, voyager à vélo vous permettra d’avoir une activité sportive quotidiennement et à votre rythme. De plus, si vous êtes du genre gourmand et curieux et que vous avez envie de goûter une pâtisserie locale ou un appétissant produit du terroir, pas de problème car vos excès seront rapidement éliminés sur le vélo. 

9) … et pour notre planète Terre 

Voyager à vélo est bon pour celle qui nous héberge depuis de la nuit des temps et qui depuis plusieurs décennies subit de plein fouet les dérapages de l’industrialisation massive, du capitalisme et de la mondialisation. En se déplaçant à bicyclette, on pollue nettement moins notre chère planète Terre que lorsque l’on voyage en voiture, en train ou en avion.

10) Voyager à vélo, une expérience grandissante pour mieux se connaître

Pédaler rend l’esprit fécond. Ainsi, le voyage à vélo est propice à l’introspection et à la réflexion sur sa vie, ses envies, ses rêves et aussi l’environnement qui nous entoure. Ainsi, chaque jour, au rythme de vos coups de pédale, vous faites un peu mieux connaissance avec vous-même.
Les enrichissantes rencontres faites en chemin, les difficiles épreuves à affronter et les moments de joie sont également formateurs. Au bout du compte, ils permettent au voyageur de mieux se connaitre.

archipel de Maddalena à véloVoyager à vélo est une magnifique expérience. Ici en Sardaigne (@courir-lemonde)

Voyager à vélo belle expérienceDécouvrir l’Irlande à vélo et en solitaire fut une expérience formatrice
(@courir-lemonde)

16 réflexions sur « Mes 10 raisons de voyager à vélo »

  1. Bonjour,

    Tout d’abord, félicitations pour vos parcours à vélo, c´est une superbe experience.

    J’ai une question concernant le
    bivouac. Comment securisez vous votre velo le soir ? ( cadenas + arbre, accroché a la tente )

    Si vous pouviez m´eclairer sur ce point.

    Bien à vous.

    • Bonjour Quentin,

      Merci pour votre message. Avez-vous déjà tenté l’expérience du voyage à vélo ?

      Pour répondre à votre question, j’aime bien accrocher mon vélo à quelque chose de solide le soir, ça rassure toujours. Soit à la tente quand il n’y a rien à proximité soit à un arbre ou un support qui se trouvent à côté de la tente. J’enlève presque systématiquement (à moins que je sois dans un coin très reculé) mes sacoches et je les range dans la tente (même si elle est petite ça passe).

      Si vous avez d’autres questions relatives au voyage à vélo, n’hésitez pas à revenir vers moi, je serai ravi de vous éclairer.

      Valentin

  2. Tellement vrai
    Je rajouterai aussi..voyager en velo en couple c’est se recentrer sur l’essentiel, manger, dormir, s’attendre, partager des points de vue, des paysages, s’inquiéter de l’autre et oublier tout ce qui peut parasiter une relation.

    • Merci pour votre commentaire. Je n’ai pas eu l’occasion d’essayer en couple encore car ma copine n’est pas une grande fan de voyage à vélo. Je vais lui montrer votre message ça la motivera peut-être un peu 🙂 Où est-ce que vous avez voyagé à vélo en couple ? Ca donne envie en tout cas.

      Valentin

  3. J’ai testé le voyage à vélo avec Mme pour la première fois en juin juillet dernier est tout ca est bien vrai. Ce type de voyage est à la portée de beaucoup de gens à partir du moment où on a le matériel et un peu de volonté pour se lancer et du temps . Après la route nous entraîne et le plaisir de la découverte nous permet de faire les kilomètres.

  4. Parfaitement convaincu de l’expérience cependant j’aurais besoin de quelques conseils matériels avant de me lancer. Vous êtes parti avec un VTT ou un VTC ordinaire ou un vélo spécialement conçu pour le voyage?
    Merci par avance

    • Bonjour Jonas,

      Au Danemark, c’était en vélo de course (mais nous avions un utilitaire avec nous pour les bagages et tout)

      En Irlande et en Sardaigne et Corse, c’était avec un VTT decathlon pas spécifique voyage. Pas le premier prix mais pas non plus le super vélo. Un bon VTT robuste qui tient bien la route. J’ai installé un porte bagage afin d’y mettre mes sacoches arrière. Le matériel est important en voyage à vélo mais pas non plus la peine de dépenser trop. Il faut veiller à avoir de bons pneus et de bons freins aussi pour la sécurité.

      N’hésitez pas si vous avez d’autres questions 😉

      Valentin

  5. Bonsoir et merci de nous faire partager vos belles vacances en voyageant à vélo.Pour ma part je suis une convaincue j’adore, on se reconnecte avec la nature on prend le temps de vivre .Le seul bémol quand on est une femme c’est pas trés rassurant de bivouaquer alors je préfère aller dans un camping . Néanmoins je me rappel avec nostalgie d’un super bivouac à Barcaggio cap corse avec une amie en avril 2015 c’était génial.

    • Bonjour Paola,

      Merci pour votre retour. Excellent pour ce bivouac dans le Nord de la Corse, ça devait être fantastique 🙂 En solo, y’a toujours en côté moins rassurant (surement multiplié lorsque l’on est une femme comme vous dîtes).

      C’est exactement ça se reconnecter à la nature.

      Vous avez prévu de prochains voyages à vélo ?
      Valentin

  6. Bonjour,
    Vous aviez un “bon niveau” de vélo pour votre premier voyage ou avez-vous commencé par de petites escapades ?
    Merci en tous cas ça me conforte dans mon envie de me lancer…

    • Bonjour Claudine,

      J’avais un niveau assez correct oui car j’avais fait du cyclisme en compétition et depuis toujours je fais du vélo pour me déplacer. Néanmoins, je connais des personnes qui sont partis d’un niveau zéro et qui maintenant font de beaux et longs voyages à vélo.

      Je vous recommande de commencer par des périples pas trop longs et pas trop exigeants niveau dénivelé. N’hésitez pas à tenter l’aventure, c’est vraiment top.

      Valentin

  7. Beaucoup des items que tu cites pourraient aussi répondre à la question “pourquoi voyager à pied”. Les rencontres, l’indépendance, la liberté de changer son itinéraire, la joie d’un bivouac le soir… En commençant à voyager je me suis d’abord progressivement mise à la randonnée, qui est rapidement devenue une passion. Quant au vélo, j’en faisais régulièrement, mais je le considérais plus comme un moyen de transport “utilitaire” (par exemple pour aller faire les courses en vacances) que comme un moyen de voyager au long cours. Cela a changé il y a quelques années, et de plus en plus je me dis que j’adorerais faire un grand voyage en vélo, sur plusieurs mois. Il ne me reste plus qu’à motiver mon compagnon 😉 ou à partir en solo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *