Voyage à vélo en Irlande : du Kerry au compté de Clare


voyage a vélo en Irlande
Paysage de falaises dans le Kerry (@courir-lemonde)

En mai 2014, j’ai arpenté l’Irlande à vélo sur un parcours d’un peu plus de 1 000 kilomètres. Entre le 9 mai et le 1 er juin, j’ai ainsi sillonné et découvert à vélo ce beau pays. Dans cet article, je vous propose de suivre mon voyage à vélo en Irlande entre le Kerry et le compté de Clare.

Derniers coups de pédale dans le Kerry et arrivée à Tralee

Irlande a véloPaysages vallonnés dans le Kerry (@courir-lemonde)

En ce mardi 13 mai, je n’ai que 65 kilomètres à parcourir pour rallier Tralee, la ville étape du soir. Le parcours s’annonce plat hormis une terrible côte en fin d’étape. Comme les jours précédents, le ciel est assez grisâtre ce qui me laisse croire que je vais de nouveau être trempé.
Jusqu’à Killorghin, lieu de ma pause déjeuner, le parcours est agréable et roulant. Atout de poids, j’ai enfin le soutien du vent irlandais qui souffle dans mon dos. Les paysages sont sauvages, des champs où broutent vaches et moutons, des montagnes arrondies et quelques falaises escarpées. En longeant la mer après une vingtaine de kilomètres de route, j’aperçois la baie de Dingle, petite brèche océanique entre le Kerry et le Dingle. Somptueux !

Vastes étendues sauvages dans le Kerry (@courir-lemonde)

A Killorghin, j’ai déjà parcouru 40 kilomètres. Je suis content car en dépit des âpres étapes des derniers jours, les sensations sont bonnes. Cela démontre qu’il n’y a pas besoin d’un grand entrainement pour préparer un voyage à vélo. C’est surtout l’envie et la motivation qui font avancer. La forme physique est secondaire. Après avoir mangé et discuté avec une camarade cycliste allemande (que j’avais déjà rencontrée à l’auberge la veille), je reprends mon itinérance en direction de Tralee.

Kerry voyage a vélo IrlandeAprès le déjeuner, une terrible côte m’attendait : 3,5 kilomètres avec des pourcentages de 10 à 15%. Transcendé par les moutons, j’ai atteint le sommet après un rude combat (@courir-lemonde)

Avant mon départ pour l’Irlande, je m’étais amusé à regarder les profils topographiques des étapes et j’avais repéré une très grosse difficulté sur cette quatrième étape. Une fois à Castlemaine, j’ai compris que j’allais morfler dans les minutes à venir.
Avant d’attaquer l’ascension de ce mur de 3,5 kilomètres présentant une pente moyenne de l’ordre de 10 à 15%, une petite halte s’impose.

L’escalade de ce col est un véritable calvaire. Si sur les premiers hectomètres, je reste sur ma bicyclette, durant la suite de la montée, je suis très souvent contraint de marcher à côté de mon vélo. Le pourcentage de la pente est  terrible et le vent venant de côté ou de face d’une grande violence. De loin l’ascension la plus difficile de mon voyage à vélo en Irlande. Heureusement, le panorama est magnifique et de nombreux moutons m’accompagnent dans cette grimpette ! J’atteins le haut du col après une bonne heure d’effort. Au sommet, je fais une bonne pause pour contempler la splendide vue, m’alimenter et reprendre des forces. Je suis fier de moi, fier d’avoir réussi à grimper ce mur. En contre-bas, j’aperçois Tralee, la ville étape du soir. Ouf ! Cela veut dire qu’il ne me reste que de la descente pour l’atteindre.

C’est à très vive allure que j’avale la descente. Sans trop de difficulté, je trouve l’auberge de jeunesse que j’avais réservée avant mon départ, le castle hostel. Il est 16h30. Je suis bien accueilli par un homme d’une cinquantaine d’année. Il n’y a pas grand monde dans l’auberge à l’exception de deux ou trois jeunes scotchés devant leur écran d’ordinateur.
Après un bref passage par le dortoir, je pars visiter Tralee qui se révèle être une ville assez coquette, pleine de pubs et de boutiques aux devantures colorées. J’ai aussi pour mission de faire quelques courses et de trouver un adaptateur car mon matériel électronique commence à être sérieusement déchargé. Avant mon départ, je n’avais pas pensé que les prises électriques étaient différentes en Irlande.
Une fois changé et douché, je prend la direction d’un pub que j’avais repéré. L’ambiance est agréable bien que le pub soit un peu vide. Un groupe de musiciens irlandais joue de la musique traditionnelle pendant que je déguste une succulente pizza. J’échange aussi quelques mots avec le patron du pub qui est particulièrement impressionné par mon périple. Il me félicite d’un “tough guys”. 

Après l’effort, le réconfort : en soirée, je pris la direction d’un pub où je pu déguster une excellente pizza accompagnée d’une Carlsberg (@courir-lemonde)

De retour à l’auberge, je file me coucher quand sur les coups de 22h, une femme très étrange entre dans le dortoir. Je ne le savais pas encore à ce moment là mais celle-ci allait considérablement perturber ma nuit. Elle était suspecte. Que voulait-elle ? J’avais l’impression qu’elle squattait ici sans y être autorisée. A force de me tracasser, je fis un rêve très bizarre avec cette dame comme acteur principal.
Le lendemain matin, celle-ci est levée dès 5h00 et passe son temps entre le dortoir et la salle de bain sans se soucier de ma présence et ce jusqu’à 6h30 avant de s’éclipser. Avant son départ, je lui lance un “thank you” auquel elle répond “excuse me”. Bref une nuit pas terrible et une drôle d’anecdote !

Journée de transition pluvieuse entre Tralee et Miltown Malbay

Après un petit déjeuner classique fournit par l’auberge, je prend le départ de mon étape vers 10h00. Au menu, une étape de plus de 80 kilomètres que je qualifie de transition entre le Kerry et le Clare. Sous la grisaille et la bruine, la première partie d’étape est monotone et plate sur des routes peu attractives.

A Tarbert, je dois prendre un ferry pour traverser le large estuaire du Shannon. Il pleut et il fait frisquet. Je profite de l’attente du bac pour déjeuner à l’abri d’une petite cabane où se trouve des toilettes. Une file de voiture attend également le bateau sous le crachin irlandais. Tout en déjeunant, j’échange pendant une bonne vingtaine de minutes avec un mec super sympathique qui bosse pour la compagnie de ferry. Son accent très irlandais n’est pas évident à décoder mais je suis content car nous avons réussi à avoir une discussion intéressante. Sur le ferry, je rencontre également un jeune couple d’Allemands venu visiter l’Irlande avec leur petit garçon.

Paysages verdoyants dans le compté de Clare (@courir-lemonde)

A 14h00, une fois sur l’autre rive du Shannon, je repars pour les 40 derniers kilomètres de l’étape. Je pénètre dans le compté du Clare. Il fait vraiment froid, 7 ou 8 °C pas plus et le ciel est toujours très grisâtre. Par des routes un peu plus sinueuses qu’en matinée, j’avance en direction de Miltown Malbay passant notamment par les villes de Kilrush et Quilty. Les paysages sont rustiques jusqu’à Quilty, petite localité du Clare située en front de mer. Je parviens à maintenir un excellent rythme malgré le tracé plus accidenté tout en profitant du décor sauvage. La météo est aussi un peu meilleure ce qui rend ma balade de l’après-midi plus agréable. Après une pause à Quilty, où les mouches sont légions, j’atteins Miltown Malbay en passant par Spanish Point.

Voyage a vélo en Irlande Spanish point Le littoral atlantique un peu agité près de Miltown Malbay, mon point de chute du soir (@courir-lemonde)

Comme la veille, c’est vers 16h30 que j’arrive à mon point de chute, le petit hôtel de charme The Central qui fait également pub. En revanche, contrairement à la veille, l’accueil n’est pas des plus chaleureux. Il est même frisquet par l’intermédiaire d’une vieille dame qui a un accent complexe à déchiffrer. Après avoir encaissé mon paiement, elle me montre ma chambre qui se trouve à l’étage de la bâtisse. Il s’agit d’une chambre comprenant 2 lits et possédant une baignoire privative : c’est parfait d’autant plus que je suis seul dans le dortoir. L’opportunité de passer enfin une bonne nuit ?!
Un peu plus tard dans la soirée, le patron du pub m’autorise à utiliser son ordinateur personnel pour donner des nouvelles à mes proches. En parallèle, je suis la finale de l’Europa League Benfica Lisbonne – FC Seville tout en savourant une pinte confortablement installé. Une fois le match terminé, je regagne ma chambre pour y passer la nuit et récupérer en vue de l’étape de demain qui s’annonce magnifique à travers les paysages du Burren.

Pour retrouver les autres articles relatifs à mon voyage à vélo en Irlande :

1) Départ et premiers tours de roues en Irlande 

2) Chevauchée cycliste entre Cork et le Kerry 

4) Des Falaises de Moher à Galway en passant par le Burren 

5) Escale sur l’archipel des îles Aran 

6) 4 jours à vélo dans le Connemara

7) 4 jours à Dublin, la festive capitale irlandaise

8) La côte orientale de l’Irlande de Dublin à Cork en passant par les Wicklow Mountains et Waterford

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *