Voyage à vélo en Irlande : la côte orientale de Dublin à Cork en passant par les Wicklow Mountains et Waterford

La côte est de l'Irlande à véloNettement moins spectaculaire que la côte Ouest de l’Irlande, la côte Est offre tout de même de jolis paysages (@courir-lemonde)

En mai 2014, j’ai parcouru l’Irlande à vélo sur un parcours d’un peu plus de 1 000 kilomètres. Entre le 9 mai et le 1 er juin, j’ai ainsi sillonné et découvert à vélo ce beau pays. Dans la lignée de mes précédents voyages, ce fut une exceptionnelle aventure. Dans cet article, je vous invite à retrouver la fin de mon séjour à vélo en Irlande le long de la côte orientale du pays entre Dublin et Cork.

Sous le soleil de Dublin à Wicklow via les Wicklow Mountains

Motivé pour reprendre mon périple après cette halte de quatre jours, j’étais bien décidé à quitter Dublin car j’avais envie de retrouver le calme et la tranquillité de la campagne irlandaise. Le soleil étant de la partie, j’avais opté pour une tenue totalement inédite : short de bain et maillot du Danmark Rundt. Mon petit déjeuner avalé et mes préparatifs bouclés, j’étais paré pour le départ et c’est sans nostalgie que je quittai Temple Bar même si j’y avais passé quelques jours bien sympathiques avec Charly.

Dublin est désormais derrière moi (@courir-lemonde)

Avant de retrouver des routes bucoliques, il me fallait sortir de Dublin. Pas une mince affaire. D’une part, il fallait gérer le fait de rouler à gauche en pleine ville et d’autre part le réseau cyclable n’était pas aussi continue que celui de Copenhague par exemple. De plus, il fallait aussi réussir à s’orienter dans une partie de la ville inconnue. Bref, après environ une heure de concentration et d’effort et non sans danger, je sortais enfin de Dublin pour atterrir aux pieds du massif des Wicklow Mountains, situé au Sud de la capitale.  Je retrouvais un cadre agréable pour rouler. En traversant les localités de Stepaside et de Glencullen, mes mollets et mes cuisses furent mis à rude épreuve avec des côtes très abruptes signe que j’attaquais les premiers contreforts de ce massif montagneux qui culmine en son point le plus haut à 925 mètres. Rendant l’effort plus soutenable, les paysages étaient charmants. Dans ce cadre enchanteur, l’on trouvait de nombreuses résidences bourgeoises (probablement bon nombre de résidences secondaires), ainsi que de grandes fermes.

Voyage à vélo en Irlande : Wicklow mountains à véloPaysages des Wicklow Mountains (@courir-lemonde)

Voyage à vélo en Irlande : Wicklow mountains à véloAprès cette incursion dans les Wicklow Mountains, je pris la direction de Enniskerry car contrairement à ce que j’avais prévu avant le départ de France, je n’allais pas sillonner intégralement ce massif montagneux. Les sensations n’étaient pas mauvaises mais pour une journée de reprise, j’avais peur d’y laisser trop de forces surtout contenu des grosses étapes qui m’attendaient jeudi et surtout vendredi.
Après plusieurs descentes vertigineuses, j’atteignis Enniskerry. Je m’installai sur la grande place du village pour déjeuner et reprendre des forces.

De Enniskerry, je pris la direction de Bray en bord de mer afin de longer celle-ci jusqu’à la ville étape du jour : Wicklow. Le parcours me faisait penser aux classiques ardennaises avec un tracé jamais vraiment plat, semé de côtes et jonché de descentes ! Sur ce parcours plaisant, je déroulais à une allure raisonnable, un peu aidé parle vent soufflant dans le dos. Dans la ville de Newcastle (homonyme de la ville anglaise), je fis une assez longue halte à la plage pour profiter un peu du littoral. Pas loin de me jeter à l’eau malgré sa fraîcheur, la sagesse prit finalement le dessus sur mes envies de baignade.
Vers 16h30, j’atteignis Wicklow. En difficulté pour trouver l’auberge de jeunesse que j’avais réservée à l’avance, je fis un petit tour par l’office du tourisme afin d’élucider cela après une bonne demi-heure de recherches. Après une douche reconstituante, quelques courses alimentaires et une petite balade dans la ville, je dînai face à la mer. 

Voyage côte est irlande à véloLe littoral irlandais près de la ville de Wicklow (@courir-lemonde)

Le fleuve Vartry rejoint la mer d’Irlande à Wicklow (@courir-lemonde)

Bucolique campagne irlandaise

Le lendemain matin, j’étais d’attaque pour une nouvelle étape. Après le petit-déjeuner, je discutai notamment avec une française habitant la région de Chambéry. Elle était venue passer quelques jours en Irlande avec ses enfants. Une rencontre sympathique qui me motivait avant de reprendre mon itinérance.
A 9h15, j’étais déjà sur la route en direction de Rathnew puis de la ville de Rathdum. Le ciel très nébuleux amplifiait le caractère un peu austère de ce début d’étape. Malgré tout, j’étais motivé à en découdre. Sur un parcours vallonné, je découvrais des paysages agrestes et campagnards et traversais des villages sans charme particulier. 
Je fis ma pause déjeuner dans le petit village de Tinahely où il faisait vraiment froid, guère plus de 8/9°.. Le ciel était toujours très couvert. En milieu d’étape, je pris la décision d’opter pour de petites routes de campagne afin de me raccourcir de quelques kilomètres. Un choix triplement payant puisqu’en plus de me raccourcir, je découvris des paysages encore plus champêtres et plusieurs personnes saluèrent mon passage.

Bucolique campagne irlandaise près de Tinahely (@courir-lemonde)

La ville de Carlow se rapproche, plus que 19 kilomètres (@courir-lemonde)

A 19 kilomètres de Carlow, j’étais très confiant car largement dans les temps pour prendre le train qui devait me mener à Waterford.
Vers 14h30, je pénétrais dans Carlow. Ne sachant pas vraiment où se situait la gare je fis appel à quelques jokers : un habitant de la ville pour commencer puis une valeur sûre l’Office de tourisme de la ville. Sans trop de difficultés, j’arrivai vers 15h00 en gare de Carlow soit une heure avant mon train pour Waterford. parfait ! Par le train, je ralliai sans soucis la ville de Waterford, première ville irlandaise fondée par les Vikings en 914. Waterford, la capitale du cristal me fît une bonne impression.

Waterford la capitale du cristal IrlandeAperçu de Waterford (@courir-lemonde)

Tour viking Waterford Tour viking à Waterford. Plus ancienne ville de l’Irlande construite en 914 par les Vikings, Waterford est aujourd’hui la 5ème plus grande ville du pays (@courir-lemonde)

Etape marathon le long de la côte Sud de l’Irlande entre Waterford et Midleton

Levé à 8h00 après une nouvelle nuit mitigée, c’est malgré tout en forme que j’attaquais ma dernière grosse journée de vélo. Et en ce vendredi 30 mai 2014, le menu est pour le moins costaud : un parcours de près de 110 kilomètres pour rallier Midleton, une petite bourgade située à une vingtaine de kilomètres de Cork. Le petit déjeuner de l’auberge étant hors de prix (7 euros), je me contentai de mes provisions restantes.
A 9h45, je quittai cette auberge de jeunesse à l’hygiène vraiment douteuse. La sortie de Waterford ne s’effectua pas aussi facilement que je l’espérai et je fis même quelques kilomètres superflus comme ci je n’en avais pas assez à parcourir.
A la sortie de Waterford, je pris comme convenu la route nationale 25 qui va jusqu’à Cork afin d’aller au plus court. Cependant à cet endroit celle-ci est en configuration autoroute avec une vitesse limitée à 110 km/h. Je me retrouvais donc sur cette route dangereuse en compagnie de bolides roulant à très vive allure. Pas rassurant et peu attrayant ! Heureusement quelques kilomètres puis loin celle-ci se transforma de nouveau en route nationale classique. Pendant ce temps là, les kilomètres défilaient et je maintenais une allure plus qu’honorable en dépit du profil vallonné du tracé. 

En début d’étape, la météo était maussade sur la côte orientale du pays
(@courir-lemonde)

J’atteignis mon premier objectif du jour Dungarvan à 12h30 soit après 3h15 d’effort. J’avais déjà parcouru près de 50 kilomètres et les sensations étaient excellentes. Tandis que je déjeunais en face à l’embouchure d’un cours d’eau, plusieurs personnes me dirent bonjour et l’une d’entre elle me demanda même si tout allait bien. Les gens semblaient davantage sympathiques que dans la région des Wicklow Mountains où j’avais trouvé les gens plus frisquets.

Après le déjeuner, je mis le cap sur mon second objectif de la journée : la station balnéaire de Youghal située à une trentaine de kilomètres de là. Pour l’atteindre, j’eus à grimper un petit col de trois ou quatre kilomètres juste à la sortie de Dungarvan. Ayant d’excellentes sensations et un moral de winner, j’escaladai cette difficulté à bonne allure en plateau 2 / pignon 3 tout du long. Puis un peu poussé par le vent, je déroulai à bloc toutes les vitesses à droite à une allure un peu irréelle pour un cyclotouriste. Écoutant de la musique boostante, j’étais déchaîné, complètement transcendé presque dans un état second.

Youghal voyage a vélo Irlande La côte près de Youghal (@courir-lemonde)

Youghal IrlandeRetour de pêche à Youghal (@courir-lemonde)

La côte est de l'Irlande à YoughalA Youghal, un téméraire se baigne dans les froides eaux de la mer d’Irlande
(@courir-lemonde)

Avant Youghal, charmé par les paysages qui sortaient enfin de la brume sauvé par l’arrivée du soleil, je revenais à la réalité du cyclotouriste, alternant entre pauses photographiques et allure modérée à vélo. Je fis une pause ensoleillée des plus agréables à Youghal. Le moral était vraiment au beau fixe après un départ un peu compliqué ce matin même. Je regardais les pécheurs ramener leurs prises du jour tout en profitant du soleil qui réchauffait les cœurs des locaux ainsi que le mien.
Depuis Youghal, il me restait un peu plus de 25 kilomètres pour atteindre mon troisième et dernier objectif du jour : Midleton. Dans ma tête, c’était gagné sauf pépin mécanique ou physique. Je finissais très fort mon périple irlandais et le moral était au beau fixe en cet après-midi ensoleillé.

J’atteignis Midleton un peu avant 18h00 avec le sentiment d’avoir gagné mon pari de parcourir l’Irlande à vélo et en solitaire. Franchement content, je trouvai l’auberge de jeunesse sans problème. L’accueil y fût fort agréable et les infrastructures étaient de qualité. La soirée fût plaisante et malgré la fatigue je discutai avec plusieurs personnes, notamment trois australiennes sympathiques (Emily, Emie et Jessica) dans un anglais toujours un peu approximatif mais indéniablement en progrès.

Fin de mon voyage à vélo en Irlande et retour en France

Pour ma dernière journée irlandaise, j’avais un peu de temps devant moi puisque le ferry pour rallier Roscoff partait à 16h00 du port de Cork. Or je n’avais qu’une petite trentaine de kilomètres à parcourir aujourd’hui. Levé vers 9h00, je pris un très copieux petit déjeuner avant d’aller faire mes dernières courses en Irlande dans mon supermarché fétiche : Supervalu. A 11h00, je quittai cette charmante auberge de jeunesse en direction du port de Cork.

Rencontre avec Daniel, un voyageur à vélo venu de Suisse (@courir-lemonde)

Sur mon chemin, près de la localité de Cobh, tragiquement célèbre comme étant la dernière escale du Titanic en 1912 avant de couler dans les profondeurs de l’Atlantique Nord, je fis une amusante rencontre. Je fis la connaissance de Daniel, un Suisse un peu plus âgé que moi qui lui aussi découvrait l’Irlande à vélo. Solide et au look atypique, il était adepte de ce genre de périple, nous avons pu bien échanger sur nos différentes expériences. Une dernière rencontre irlandaise des plus mythiques. 
Pour rejoindre le port de Cork, je dû prendre un bac afin de traverser le fleuve Lee. A 13h00, je retrouvais le port où j’avais fait mes premiers tours de roues trois semaines auparavant.
Le délai d’attente pour rentrer dans le ferry fût un peu pénible et ce n’est que vers 15h00 que je retrouvais le Pont Aven. Sous un magnifique soleil, le ferry quitta le port de Cork à l’heure prévue. Ému mais aussi content de rentrer en France, je disais au revoir à l’Irlande que j’avais bien découverte à l’exception de sa partie septentrionale.

Après 23 jours en Irlande c’est l’heure du retour vers la France (@courir-lemonde)

Somptueux coucher du soleil depuis le Pont-Aven (@courir-lemonde)

La fin de journée fût très agréable profitant à fond de cette petite croisière d’autant plus que la mer était calme avec cette météo clémente. J’ai passé une partie de la soirée à contempler la mer depuis l’arrière du bateau, sur une chaise tout en écoutant de la musique. Vers 22h00, je pris la direction de ma cabine car l’on amarrait le lendemain matin à 6h30 en Bretagne.

De retour en France, champs d’artichauts près de Roscoff (@courir-lemonde)

Voyage à vélo en Bretagne MorlaixLa brume règne sur la baie de Morlaix ce matin là (@courir-lemonde)

Le lendemain matin, je fus réveillé aux aurores par l’agréable réveil du ferry à savoir une douce musique bretonne. J’étais de retour en France mais mon aventure n’était pas encore complètement terminée. Depuis Roscoff, il me fallait rejoindre Morlaix, situé à trente kilomètres de là. Et c’est presque intégralement sous la brume que j’eus à effectuer ce parcours passant notamment par Saint Pol de Léon et Carantec. Vers 9h45, j’atteignis la gare de Morlaix et il ne me restait plus qu’à attendre mon train pour Rennes où j’avais prévu de voir mon frère Anthony et sa copine Aude. Un moment bien sympathique qui marqua véritablement mon retour à la réalité.
Je repris ensuite un train en direction de Nantes afin de retrouver mon Elisa d’amour qui m’avait tant manquée durant ce périple. Nos retrouvailles sur le quais de la gare furent chaleureuses et amoureuses. Inséparables, nous avions ensuite passé une partie de la soirée ensemble en amoureux avant que mon père vienne me retrouver à son tour pour me conduire à la maison. La boucle était bouclée !

Lors de mon passage à Rennes, retrouvailles avec mon frère Anthony (@courir-lemonde)

Pour retrouver les autres articles relatifs à mon voyage à vélo en Irlande :

1) Départ et premiers tours de roues en Irlande 

2) Chevauchée cycliste entre Cork et le Kerry 

3) Du Kerry au compté de Clare 

4) Des Falaises de Moher à Galway en passant par le Burren 

5) Escale sur l’archipel des îles Aran 

6) 4 jours à vélo dans le Connemara

7) 4 jours à Dublin, la festive capitale irlandaise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *