Voyage à vélo en Irlande : des falaises de Moher à Galway en passant par le Burren


Cliff of Moher Irlande côte ouest
Les belles falaises de Moher dominent la côte ouest de l’Irlande dans le compté de Clare (@courir-lemonde) 

En mai 2014, j’ai parcouru l’Irlande à vélo sur un parcours d’un peu plus de 1 000 kilomètres. Entre le 9 mai et le 1 er juin, j’ai ainsi sillonné et découvert à vélo ce beau pays. Dans la lignée de mes précédents périples, ce voyage à vélo en Irlande fut exceptionnel. Dans cet article, je vous invite à découvrir mon aventure dans la région du Burren entre les falaises de Moher et la ville de Galway.

A vélo, à la conquête du Burren en passant par les falaises de Moher

En ce jeudi 15 mai, une nouvelle belle journée de vélo m’attend avec au menu l’exploration des falaises de Moher sur le littoral atlantique puis la conquête des paysages du Burren, réputés pour être très rocailleux et arides. Le parcours fait approximativement 70 kilomètres et comporte plusieurs côtes délicates à négocier.  Après quelques courses effectuées dans une petite supérette de Miltown Malbay, je prends la direction des falaises de Moher vers 10h45 sous un ciel une nouvelle fois grisâtre.

Voyage a vélo côte ouest Irlande Sur la côte du compté de Clare, le rocailleux domine le sableux (@courir-lemonde)

Jusqu’aux falaises de Moher, le tracé est légèrement ondulé à travers la campagne irlandaise. En plus des classiques vaches et moutons, j’aperçois ce jour là bon nombre de chevaux dans les champs souvent délimités au moyen de murets en pierre. Le parcours suit le littoral sur lequel vient s’échouer de belles vagues pour le plus grand plaisir de courageux surfeurs. A Lahinch, un gigantesque golf borde la plage. Je ne suis guère passionné par ce sport mais cela doit être plaisant de pratiquer cette discipline ici.


Cliff of Moher Irlande côte ouest
Les falaises de Moher surplombent l’océan à 214 mètres (@courir-lemonde)

Après 21 kilomètres de route, je rallie les fameuses falaises de Moher. Pour mon plus grand bonheur, le soleil pointe enfin le bout de son nez ce qui laisse présager un après-midi ensoleillé.
Depuis ce magnifique édifice naturel, le panorama est somptueux. Grâce au ciel dégagé, je devine au loin l’archipel des îles Aran et la baie de Galway. Les kilomètres qui suivent les falaises de Moher sont avalés à très vive allure. Je pète la forme et moralement je suis au top.
Le retour du soleil me fait un bien fou. Je dévale les portions roulantes à plus de 30 km/h en emmenant de gros développements. Je chante, je parle tout seul et je pense à mon amoureuse, à ma famille et mes amis. Bref, je suis heureux de vivre cette expérience sportive et humaine en solitaire.

Cliff of Moher Irlande côte ouest Le littoral irlandais quelques kilomètres au nord des falaises de Moher. L’on devine les îles Aran au second plan (@courir-lemonde)

Après Lisdoonvarna, j’entre véritablement dans le Burren qui en gaélique signifie le pays pierreux. Le Burren, pour faire simple, c’est un vaste plateau karstique, autrement dit constitué de calcaire. La légende veut que Ludlow, officier de Cromwell durant la conquête de l’Irlande, décrivit la région dans ces termes :

“C’est un pays où il n’y a pas assez d’eau pour noyer un homme, pas assez d’arbres pour le pendre, pas assez de terre pour l’enterrer (…) et pourtant leur bétail est bien gras, car l’herbe, qui pousse sur des mottes de terre de quelques pieds carrés, entre les cailloux de calcaire, est bien douce et fort nourrissante” .

Je dois avouer avoir été un peu déçu du Burren au début. Les paysages sont charmants mais je m’attendais à mieux. L’élevage est omniprésent et le relief est vallonné. Néanmoins, je ne vais pas être déçu longtemps. En effet entre Kilfenora et mon pied-à-terre du soir situé dans le petit village de Carran, je suis enchanté par la pureté et la singularité des paysages. Un décor comme je l’avais imaginé. Un peu de Bretagne et beaucoup de Provence d’autant plus que le caractère aride des lieux ressort encore mieux avec la météo radieuse du jour.

Le Burren en Irlande Les moutons sont vraiment partout en Irlande (@courir-lemonde)

Le Burren en Irlande

Petite route de campagne escarpée en plein coeur du BurrenPetite route de campagne escarpée en plein cœur du Burren (@courir-lemonde) 

L'élevage reste malgré tout assez présent dans les décors très arides et rocailleux du BurrenPaysages typiques du Burren avec de vastes plateaux rocailleux (@courir-lemonde) 

Petite route de campagne escarpée en plein coeur du BurrenL’élevage reste malgré tout assez présent dans les décors très arides et rocailleux du Burren (@courir-lemonde)

En fin d’étape pour rallier Carran, je prend une toute petite route très escarpée presque au hasard. Le décor est magique et très reposant car en roulant sur ces chemins désertiques j’ai l’impression d’être coupé du monde. Je goûte à ces paysages atypiques avec délectation. Sublime !
C’est vers 17h00 que j’atteins l’auberge du soir. Il s’agit d’une belle et grande demeure perchée sur les hauteurs de Carran. Elle offre un panorama magnifique les étendues sauvages du Burren. C’est de loin, l’auberge que j’ai préférée durant mon périple en ce qui concerne l’emplacement. Une fois installé et douché, je prends le temps de savourer de nouveau les paysages alentours qui s’offrent à moi.

Du paisible Burren à la festive ville de Galway

Le Burren en IrlandeAnalyse du parcours du jour devant un beau panorama (@courir-lemonde)

Pour mon huitième jour en Irlande, le soleil est de la partie durant une bonne partie de la journée. Je suis bien content de voir le soleil perdurer un peu dans le ciel irlandais. Après une longue et reconstituante nuit dans la calme auberge de Carran, je ne suis pas particulièrement pressé de prendre le vélo en ce vendredi matin. Le cadre naturel est tellement apaisant que j’ai envie de m’y attarder un peu avant d’effectuer la cinquantaine de kilomètres me séparant de la festive ville de Galway, où j’ai prévu de passer une partie du week-end.
Vers 11h30, il est quand même temps de quitter Carran. Avant cela, j’ai une pensée pour mon père qui fêtait son anniversaire. Je ne manque pas de lui envoyer un message accompagné d’une photo des rocailleux paysages du Burren.
Dans un premier temps, je souhaite rallier la petite ville de Kinvarra, située en bordure de la baie de Galway. Ce premier tronçon d’une bonne vingtaine de kilomètres est très agréable. D’une part, celui-ci présente un profil descendant puisque je quitte les hauteurs du Burren pour rejoindre le littoral. D’autre part, les paysages traversés sont typiques de cette région aride caractérisée par de vastes étendues minérales et rocailleuses.


Le Burren sous le soleil irlandais
La baie de Galway depuis le Burren (@courir-lemonde)

Le Burren à vélo IrlandePaysage typique du Burren : des petits champs délimités par des murets en pierre ou par de la végétation et de vastes étendues rocailleuses (@courir-lemonde)

Voyage a vélo en IrlandeEn cette journée radieuse, j’arbore fièrement le maillot du Danmark Rundt
(@courir-lemonde)

Sur ces portions roulantes, mon allure est assez rapide, autour des 20 km/h. Vers 13h00, j’atteins Kinvarra, une mignonne ville côtière, où j’ai prévu de déjeuner. Comme de coutume à midi, c’est un déjeuner rudimentaire qui m’attend : kiwi, sardines, maïs et gâteaux. De quoi prendre suffisamment de forces pour rallier Galway dans l’après-midi.

Cadre sympathique pour déjeuner à Kinvarra (@courir-lemonde)

Vers 14h00, je reprends mon chemin. Contrairement au parcours emprunté en début d’étape, cette portion est peu attractive voire même un peu dangereuse car très fréquentée par les automobiles et les camions. Lors d’un stop dans une petite supérette, je discute quelques minutes avec un homme sympathique qui me prend pour un fou à l’évocation de mon périple.
Le vent souffle extrêmement fort sur ce tronçon et contrairement à tout à l’heure, je l’ai désormais de côté puis même de face lors des derniers kilomètres. Malgré tout, je reste serein et je pédale à mon rythme pour rejoindre Galway.

J’atteins Galway vers 16h00. L’excitation se fait sentir en pénétrant dans cette ville dont je rêve depuis plusieurs mois. C’est l’un des endroits d’Irlande que je souhaitais vraiment découvrir. Composée de plus de 50 000 habitants, c’est la seconde “grande” ville irlandaise que je découvre après Cork. Colorée et très vivante, Galway me fait un meilleur effet que la ville de Cork que j’avais trouvée un peu tristounette. A noter que Galway est jumelé avec Lorient en France.
Accompagné de mon vélo, je mets quelques minutes avant de trouver l’auberge de jeunesse Barnaclès Quay Street, située en plein cœur du quartier latin. C’était de loin le plus touristique et animé de la ville. L’on y trouve de nombreux pubs, divers restaurants et des groupes de musiciens qui chantonnent en pleine rue dans une ambiance joviale.

Ma soirée est assez chargée avec tout d’abord une petite balade dans Galway pour se dégourdir les jambes. Ensuite, j’ai mangé un bon fish and chips dans un restaurant irlandais avant d’assister à la rencontre de football entre Galway et Finn Harps.
Au final, le match se solde sur le score d’un but partout au terme d’une rencontre très rugueuse et âpre.
Au retour, je me suis complètement perdu dans les quartiers pavillonnaires de la ville de Galway. Rocambolesque ! De retour dans le quartier latin, je me désaltère d’une pinte fraîche dans un pub bondé avant d’aller me coucher.

Restaurant à Galway en Irlande Fish and chips dans un restaurant de Galway (@courir-lemonde)

Gros match de football entre Galway et la rugueuse équipe de Finn Harps
(@courir-lemonde)

Les rues très animées du centre-ville de Galway. Une ville jeune et touristique où il fait bon vivre (@courir-lemonde)

La journée du samedi 17 mai n’est pas la plus palpitante de voyage. Je reste à Galway pour prendre le temps de découvrir la ville. Malheureusement, la météo est maussade. Sous une pluie fine, je flâne dans les rues de Galway, assurément la ville irlandaise la plus animée que j’ai visitée avec Dublin. Cette journée de repos est aussi l’occasion de reprendre des forces en vue de la suite de mon voyage à vélo en Irlande, sur l’archipel des îles Aran et dans le Connemara.

Pour retrouver les autres articles relatifs à mon voyage à vélo en Irlande :

1) Départ et premiers tours de roues en Irlande 

2) Chevauchée cycliste entre Cork et le Kerry 

3) Du Kerry au compté de Clare 

5) Escale sur l’archipel des îles Aran 

6) 4 jours à vélo dans le Connemara

7) 4 jours à Dublin, la festive capitale irlandaise

8) La côte orientale de l’Irlande de Dublin à Cork en passant par les Wicklow Mountains et Waterford

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *